CONNEXION

Des Banques Européennes volent aux européens 209 Milliards d’€ sous alibi de dette grecque

15 mai 2016 par Delta de la lyre  
Dans Général |

GRÈCE - MOINS DE 5% DES FONDS DE SECOURS ONT RÉELLEMENT SERVI À RELANCER LE PAYS

Une récente étude allemande révèle que plus de 95% des 219 milliards d’euros alloués à la Grèce par l’Union Européenne, dans le cadre des deux premiers plans de sauvegarde du pays en 2010 et 2011, ont tout bonnement été “captés” par les banques.

Chroniquement écrasée par sa dette publique, la Grèce a toujours été incapable de couvrir ses dépenses, en partie à cause du peuple grec, lui-même assez réfractaire à la notion d’obligations fiscales. Laxistes et sans doute aussi un peu complices, les autorités grecques ont donc longtemps laissé pourrir une situation qu’elles ne maîtrisaient pas, allant jusqu’à dissimuler la réalité pour mieux intégrer une zone Euro qui, l’espéraient-elles, allait absorber, noyer et finalement faire disparaître les irrégularités comptables du pays. Malheureusement, le château de cartes s’écroule en 2008 et, pour éviter que la quasi-faillite de la Grèce s’étende au reste de la zone euro, l’Union européenne décide (plus ou moins contrainte et forcée) de débloquer des fonds dans le cadre de deux plans de soutien, en 2010 puis en 2011, pour une somme globale de 219 milliards d’euros.

Ménager les banques avant tout…

Bien évidemment, dans un tel contexte de dissimulation chronique et de manipulations financières, beaucoup craignaient qu’une grande partie de cette somme soit “réquisitionnée” d’office par les créanciers privés de la Grèce (sous-entendu, les banques européennes en priorité), ne laissant plus au Trésor grec que des miettes pour redresser le pays. C’est pourquoi, après que les banques eurent accepté une réduction de 53,5 % de leurs créances pour un montant de 107 milliards d’euro, un effort de recapitalisation fut consenti de la part des États européens en vue de renflouer pour une somme équivalente les caisses de leurs établissements bancaires respectifs… en dépit du fait que leurs pertes aussi brutales que colossales étaient en grande partie nées de leur propre imprudence et de leur appât du gain.

… mais leur accorder toutefois la part du lion

Malheureusement, selon Jörg Rocholl, directeur de l’École européenne de management et technologie de Berlin (ESMT), les faits semblent démontrer que, malgré les compensations annoncées, les banquiers ont finalement choisi de se payer aussi sur la bête. Ainsi, sur les 219 milliards d’euros reçus par la Grèce,
86,9 milliards sont allés vers les remboursements de la dette (donc principalement vers les banques, la BCE et le FMI, ce dernier s’étant fait rembourser pas moins de 9,1 milliards d’euros),
52,3 milliards ont servi à payer les intérêts (encore aux banques), et
37,3 milliards ont été réservés à la recapitalisation… des banques ! Au passage, notons que la part de l’État grec était fixé à l’origine à 30 milliards d’euros “seulement”.

Enfin une trentaine de milliards ont été " distribués pour inciter les investisseurs à s’impliquer dans le secteur privé ", ce qui signifie en langage clair que des “investisseurs privés” (entendez pas-là… des banques !) ont probablement bénéficié d’avantages ou de traitements de faveur pour qu’ils conservent une partie de leurs actifs dans le pays. Et ce qui est tout aussi probable c’est que les investisseurs en question y verront surtout un effet d’aubaine qu’ils exploiteront le temps qu’il durera… avant de se retirer du pays les poches juste un peu plus pleines que prévu.

Au final, seuls 9,7 milliards d’euros ont réellement et directement contribué au relèvement de l’économie grecque. Une somme forcément insuffisante qui laisse le pays dans une situation toujours aussi catastrophique et qui a donc poussé l’Union européenne, via le mécanisme européen de stabilité, à lui accorder en août dernier un nouveau prêt de 86 milliards d’euros sur trois ans.

La Grèce serait-elle en train de devenir le puits sans fond(s) de l’Europe ? En réalité non, elle a juste servi d’alibi pour renflouer les banques françaises et allemandes.

Une situation connue depuis 18 mois… mais pas officiellement “reconnue”

Car l’étude de l’ESMT ne révèle rien que n’aient pas déjà évoqué certains médias grecs dès 2014. Sauf qu’à l’époque on disait que c’était une manœuvre des autorités grecques pour exiger toujours plus d’argent sans pour autant satisfaire à leurs obligations. Aujourd’hui, c’est une étude allemande qui expose les mêmes faits, et là, tout-à-coup, on y croit, on s’insurge, on est scandalisé.

Le fait est que, dès le départ, les “prêts” accordés à la Grèce sur le dos des contribuables européens n’ont jamais eu d’autre destination que les banques elles-mêmes, celles qui avaient justement précipité la crise dans le pays en achetant à tour de bras des produits financiers dont tout le monde savait qu’ils étaient pourris à cœur. Tant que l’illusion tenait, ça rapportait, alors pourquoi s’en priver. Et dès qu’un doute émergeait, hop !, on arrivait toujours à refourguer les créances douteuses dans des enveloppes toujours plus grosses qui les blanchissait au passage. Un peu comme les subprimes aux États-Unis.

La BCE ( Banque Centrale Européenne ) a finalement juste sauvé les banques en sacrifiant les Grecs

Facile ensuite d’exiger des réformes toujours plus lourdes aux grecs, sachant qu’il leur serait impossible de tenir les engagements qu’on leur imposait. Surtout sans leur en donner les moyens. Ainsi, les Grecs devenaient automatiquement responsables de l’inefficacité des plans de sauvegarde qu’on avait gentiment élaborés pour eux, et les contribuables européens n’iraient pas chercher plus loin pour expliquer la “disparition” de 200 milliards d’euros dépensés en pure perte pour ce peuple impécunieux, ingrat et un peu fraudeur sur les bords. En réalité, les plans de soutien mis en place par la BCE en 2010 et 2011 n’ont sauvé que les banques, au détriment des Grecs (qui ont été purement et simplement sacrifiés), mais aussi des contribuables de la zone euro, à commencer par les français et les allemands. Finalement c’est vous, c’est moi, c’est nous qui avons dû assumer les erreurs de nos propres banques, lesquelles ont même fait un joli bénéfice dans l’opération puisqu’elles ont récupéré leurs mises mal investies avec les intérêts (plus de 50 milliards d’euros, rappelons-le !).

Le plus grave sans doute, c’est que tout cela s’est fait avec la complicité des États, en particulier la France et l’Allemagne qui, comble de cynisme, refusent toujours de réduire la crise grecque. Et dire que nos politiques s’émeuvent encore régulièrement de la perte de confiance des citoyens à leur égard…?

Jean-François Faure

10 mai 2016

Source et photo - L'Or et l'Argent.info

.

.

95 % DES 220 MILLIARDS « D’AIDES » À LA GRÈCE A SERVI À RENFLOUER LES BANQUES

C’est un rapport allemand, de l’école European School of Management and Technology de Berlin (ESMT), qu’il affirme : des 220 milliards d’euros du plan d’aide à la Grèce, 210 milliards ont servi à renflouer les banques du pays. Article d’Ekathimerini.com, publié le 4 mai 2016 :

« Environ 95 % des 220 milliards d’euros versés à la Grèce depuis le début de la crise financière sous forme de prêts dans le cadre du mécanisme de renflouement ont servi à renflouer les banques européennes. Ce qui signifie qu’environs 210 milliards d’euros ont atterri sur les comptes du secteur bancaire européen tandis que seulement 5 % ont garni les caisses de l’État, d’après une étude de l’European School of Management and Technology (ESMT) de Berlin.

« L’Europe et le FMI ont, durant ces dernières années, sauvé les banques et d’autres créditeurs privés » conclut le rapport, publié hier dans le journal allemand Handelsblatt. Le directeur de l’ESMT, Jorg Rocholl, a déclaré au journal financier allemand que « les plans de sauvetage ont principalement sauvé les banques européennes ».

L’étude de cette école de commerce a déterminé que 86,9 milliards d’euros ont été utilisés pour rembourser d’anciennes dettes, 52,3 milliards pour le paiement des intérêts et 37,3 milliards pour la recapitalisation des banques grecques.


Les économistes qui ont participé à l’étude ont analysé de façon séparée chaque crédit afin d’établir la destination de l’argent. Ils ont conclu que seulement 9,7 milliards d’euros, soit moins de 5 %, ont contribué au budget grec au profit du peuple.

« Tout le monde le soupçonnait, mais peu de gens le savaient. C’est maintenant confirmé par cette étude : pendant 6 ans, l’Europe a tenté en vain de mettre un terme à la crise grecque via des prêts tout en exigeant des mesures et des réformes toujours plus dures. Les causes de l’échec se trouvaient manifestement moins du côté du gouvernement grec que de la planification des plans de sauvetage, » conclut le quotidien allemand . »

Source et photo - Or-Argent.eu

10 mai 2016

.

.

CONTEXT, ET PLUS

.

Historique & dévoilement de l’escroquerie

La Grèce ne pouvait pas être candidate à l’entrée dans l’union européenne tout simplement parce que sa dette fait qu’elle ne répondait pas aux critères d’entrée. Les grecques étant réfractaires à payer certains impôts, et c’est légitime, c’est leur coutume, leur habitude, ceci explique pourquoi leur comptabilité nationale n’était, et à nouveau n’est pas, franchement équilibrée à l’inverse de celles des autres pays membres de l’union européenne.

Or, comme on le sait, une partie de l'élite étasunienne et européenne veut que ce pays soit inclus dans l’union européenne afin de remplir le "médaillon" face civile qu'est l'Europe communautaire, ayant pour autre face du "médaillon" la face OTAN, afin de constituer un ensemble se dressant face à la Russie et ayant un œil sur les Proche et Moyen Orient.

Alors, la banque d'affaire étasunienne Goldman Sachs, à nouveau elle, fut en charge de maquiller la comptabilité publique de la Grèce en y extrayant tout ce qui n'y allait pas afin de répondre aux critères d'entrée dans l'union européenne de ce pays. Tout ce qui "sentait mauvais" fut emballé avec un joli ruban en tant que produits structurés.

Mais en 2007-2009 lors de la crise financière voila que le joli emballage fait par la banque Goldman Sachs implose, normal, en finance généralement on ne peut cacher indéfiniment ce qui ne vat pas.
Les banques européennes qui avaient investi ou aussi placé une partie de leur argent dans ces produits dit « pourris » ont perdu beaucoup !

Depuis, qui est-ce qui sans le savoir paye les pots cassés pour renflouer les pertes des banques européennes qui savaient qu’elles plaçaient leur argent en une Grèce qui n'aurait jamais due incorporer l’union européenne parce qu'une partie de l'élite étasunienne et européenne veut que l'Europe et les États-unis d'Amérique soient un pour être face à la Russie et pour avoir un œil sur les Proche et Moyen Orients ? Et bien ce sont les contribuables européens qui payent TOUTES les banques qui ont soi-disant aidé la Grèce depuis 2008, car l'argent est allé dans les caisses des banques et pas là où il devait aller à savoir la Grèce ou aide à la Grèce ; un comble !!!
Ou comment prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages !

En fait c’est tout simple, des banques européennes ont perdu beaucoup d’argent en Grèce, mais au lieu de faire comme tout le monde à savoir « on a perdu, tant pis pour nous, on apprend la leçon mais tant pis pour nous » et bien elles se renflouent en captant quasiment toute l’aide qui est destinée à la Grèce ! ! ! ! ! ! !
Cet argent est celui de 508 millions d’habitants, les habitants de l’union dite européenne.
Si cet argent provient des impôts alors il a été prélevé à tous les citoyens.
Si cet argent provient de crédits alors les citoyens devront rembourser ces crédits et les intérêts un jour ou l’autre, les générations futures étant comprises dans le lot.

Bien évidemment les grands médiats français aux ordres de l’oligarchie n’a pas informé le peuple français de cette révélation (exemple : 20 Minutes, page d’accueil MSN, la chaine de télévision grand public TF1). Par contre la radio France Inter a délivré l’information ces jours-ci.

On remarque et constate que Pierre Jovanovic a tout à fait raison en affirmant que la crise financière de 2008
d’une part n’a pas été réglée,
et que
d’autre part elle se règle sur le dos de chaque citoyen ;
nous en vivons chaque jour les effets et cet article le prouve implacablement.

Et, malheureusement, cet article ne semble être qu’une partie du puzzle ! Il reste encore un certain nombre d’autres « dossiers en souffrance »...
... sans compter le fait que tout ce qui n’allait pas en 2008 s’est amplifié considérablement vu que quasiment aucune réglementation n’a été mise en place pour assainir les pratiques désastreuses

→ des banques (tel ce que relate entre autre cet article)

→ des divers organismes financiers (exemple avec la finance parallèle ou mal-nommée « shadow banking » tant en Occident qu’en Chine pratiquée par les fonds d’investissement ainsi que les services financiers des entreprises ; si un domino tombe il peut en emporter d’autres avec lui)

→ des banques centrales (tenant les populations sous la coupe communiste au lieu de laisser les règles naturelles des marchés réguler en douceur ce qui doit être régulé ; ainsi si cataclysme devrai-t-il se produire, celui-ci sera hors normes tant tout ce qui aurait dû être assaini ne l’a pas été, assaini soit par des réglementations, exemple : dichotomie des banques universelles en banque de dépôts ou en banque d’affaires, soit assaini par les lois naturelles de l’offre et de la demande. Ils disent aux peuple « y a rien de tel que l’économie libérale », pourtant au sommet ils font tout l’inverse, « faites ce qu’on vous dit et non pas ce qu’on fait »)

→ rachat des actions d’une entreprise, quelle qu’en soit sa nationalité (pratique désormais mondiale), par elle-même faisant croire au marché (bourse) que l’entreprise est bonne puisque le cours de l’action augmente, ayant aussi l’avantage pour les porteurs de l’action d’obtenir des dividendes confortables alors que si l’entreprise rachète ses propres actions c’est qu’en général elle tente de se sauver du bourbier de la bourse où son cours ne fait que de descendre. En principe ce genre de pratique mène au désastre, la finance française sous Napoléon III ayant déjà connu ce type de pratique... mais les leçons ne servent à personne.

.

Digression, ... mais connexe ?

Goldman Sachs est celle soutenant idéologiquement et financièrement l'actuel ministre français de l'économie et des finances (et l’on sait que ceux étant à ce poste ont généralement de grandes chances d’être président de la république), Emmanuel Macron, afin qu'il soit en mai 2017 soit président de la soi-disant république soi-disant française, soi premier ministre (possible vu qu'il est "sans tendance partisane, il peut aller à droite comme à gauche, ou aussi au centre), et la manipulation des esprits va tellement loin que plus d’un médiat pour illustrer un article sur Macron montre une photo d’Emmanuel Macron qui si on regarde bien en arrière plan est une photo prise dans les jardins de l’Aile Yzé (mot à reconstituer), facilement reconnaissables dû aux vallons verdoyants, ceci, de façon presque subliminale, pour que l’œil du citoyen associe 1 an à l’avance « Macron » = « Aile Yzé », un comble dans la manipulation des esprits ! Et son parrain dans toute cette aventure est Aacque Jttali (inverser les initiales pour décoder, et il est possible qu’une ou plusieurs lettres soient manquantes) conseiller des présidents à l’Aile Yzé, indifféremment que les chefs d’Etat soient de gauche comme de droite, cherchons l'erreur ! ! ! , Beaucoup disent que ce dernier serait un faux juif, c'est-à-dire Khazar, comme Rothschild et Rockefeller, tous ensemble, menant le monde, accessoirement le 1er mais surtout le 2nd des 3 menant en partie la fiance mondiale, ressource financière de l'internationale nazie, les nazis collaborent avec eux parce qu'ainsi non seulement ils obtiennent beaucoup d'argent mais également ensemble ils participent (ou participeraient) à réunir les vrais juifs sur un seul et même territoire qui aura pour but caché de tous les détruire d'un seul coup d'un seul , juste à titre d'exemple les vrais juifs sont très famille or le nouvel ordre mondial veut tout déstructurer pour tout restructurer à sa façon or les noyaux familiaux forts sont pour eux une entrave.
Ni Jttali ni le fou furieux Lerenard-Heri Bévy (les initiales semblent être dans le désordre, et une ou plusieurs lettres sembleraient être de trop ou manquantes) qui exhortèrent l’envahissement en Libye, ne s'excuseront pour tous les morts qu'ils y ont engendrés ! Il ne faut pas y compter, c'est trop leur demander, et ce sont ces hommes là qui font "l'opinion", ils sont d’ailleurs choisis par des plus hauts placés qu’eux pour justement « faire l’opinion ». Lorsque l'on est sincère et réaliste on devrait plutôt avoir à l'esprit - "tient, voilà les satanistes".
Tout le monde est dépassé par les événements, d'autres sont hypnotisés par le petit lait déversé par les médiats.
Ils conduisent le plan du nouvel ordre mondial, où l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient seront incorporés à l'Europe. Une grande partie des musulmans étant réfractaires au nouvel ordre mondial, les mélanger parmi les peuples européens est le jackpot pour les manipulateurs car s’ils y gagnent sur un plan idéologique (mixité de l’Europe, obtention d’une nouvelle mentalité des individus ainsi modifiées répondant mieux, se pliant mieux, aux ordres à venir du nouvel ordre mondial), et ils y gagnent économiquement où les pays forcés de recevoir des personnes supplémentaires évitent la dégringolade de leur Produit Intérieur Brut (PIB) :

- France, Valéry Giscard d’Estaing, magrébins arrivant en France pour par exemple les véhicules Renault, main d’œuvre moins chère ; un chao organisé puisqu’après 40 ans les tensions entre le groupe constitué des blancs des noirs et des gitans est toujours aussi fort par rapport à celui des beurres, des tensions culturelles et comportementales sont plus que jamais palpables. L’ambiance dans ce pays est parfois à couper au couteau suivant les lieux et les moments de l’année. Certains particuliers sont équipés en armement jusqu’aux dents pour se prémunir face à tous conflits pouvant surgir entre différents types de populations. Tout cela est-il voulu pour maintenir « l’Etat policier » ? Oui ! ; Parfois des policiers ou des militaires affirment qu’en seulement 10 minutes une citée peut être maîtrisée et nettoyée de fond en comble, or jamais l’Etat ne régularise ces zones de non-droit ! Côté volet de la drogue, peut-être qu’en haut lieu ceci les arrangeraient aussi, allons savoir ? Ils sont tellement calculateurs.
L’autre bénéfice recherché par la laïcité franc-maçonne est la disparition progressive de leur ennemi juré qu’est le catholicisme, même si les hauts représentants/dirigeants du catholicisme et de la franc-maçonnerie (30-33ème degré) s’entendent ensemble puisque pratiquant la religion luciférienne. C’est l’Esprit catholique qui est visé pour permettre davantage l’établissement du règne du matérialisme et du libéralisme économique et sociétal, en ce sens protestants, anglicans, et les faux juifs sont le moteur inlassable de cette mouvance insidieuse à toujours plus s’éloigner des valeurs spirituelles des Archanges, de la Vierge Marie, de l’Esprit Saint.

- Espagne, il y a quelques petites années, la couronne sans demander l’avis au peuple légalise l’installation dans le Sud du pays de 2 millions de travailleurs marocains où 1° - la péninsule étant fortement chrétienne et pratiquante et où 2° - l’Andalousie est fortement peuplée de gens du voyage étant en perpétuel conflit avec les musulmans : ce mélange forcé est contre nature et contre la volonté du peuple, un chao organisé, de la pure folie ;

- Allemagne, taux de natalité toujours aussi bas, accueillir de façon forcée et déguisée les syriens déplacés à cause du nouvel ordre mondial permet à la Germanie à minima de stabiliser son économie alors que son peuple connaissait déjà des tensions depuis longtemps avec les turcs musulmans immigrés en Allemagne : chao organisé, peuples bafoués (tant les syriens que les germaniques), règne de l’argent comme bien souvent sous couvert « humanitaire ».

En France, des hommes et des femmes d’une bravoure incroyable sensibilisent les forces de l’ordre (militaires + gendarmes + policiers) afin qu’un jour le chemin soit libre d’accès pour arrêter se qui semble être des mafias aux multiples échelons et bien organisées ; cependant c’est sans compter avec l’obstacle que constituent les services secrets de la France et d’autres Etats, ni sans compter avec ce qui suit...

Voici ce que nous confie le 9 février 2002 la chanteuse et actrice Marie Laforêt, victime de franc-maçons - (source ici) :

- "Ici, nous les français, nous avons à faire face à une organisation extrêmement dangereuse et le gouvernement ne peut rien y faire."

- "Il y a une organisation criminelle qui en ce moment a à peu près à sa disposition 250 FOIS LE BUDGET DE La France"

- "Je me lève aujourd’hui pour dire, ATTENTION, VOUS ÊTES DANS UN EXTRÊME DANGER"

Si l'on prend le budget 2016 de la France, et non celui de 2002, multiplié par 250 on obtient 93 billions et quart d’€

En imaginant que la situation puisse être assainie (politique, finance, économie, sociale, pédocriminalité luciférienne servant à donner plus de forces à ceux la pratiquant et à faire entrer les mauvaises entités sur la Terre, éducation, écologie, ...) on remarque qu’il y a toujours un vers dans le fruit :

1° - Cas de l’intègre général de Gaulle ayant pour 1er ministre George Pompidou ayant travaillé chez les Rothschild. Lorsque Pompidou devint à son tour président de la république il nomme Valéry Giscard d’Estaing ministre des finances qui ce dernier aliène la France le 1er janvier 1973 à la dette illégale et illégitime où depuis cette date pour qu’il y ait création monétaire servant le peuple il y a automatiquement des intérêts à rembourser à l’extérieur. D’une part l’ancien modèle de création monétaire ne coutait rien au français, et d’autre part cette dette due aux intérêts est évidemment irremboursable, fiction appliquée, illusion, esclavage fabriqué de toute pièces, inversement des valeurs !

2° - L’arrivé de Jésus sur Terre aurait nécessité qu’une organisation forte et cohérente aide d’une part cette venue et d’autre part aide celui-ci lors de son court parcours terrestre. A un moment, avant la naissance de Jésus, l’organisation se réunit en Egypte et l’orateur, assez rapidement, dit « il y a dans cette salle quelqu’un qui n’a rien à y faire, qu’il se reconnaisse avant qu’il ne soit démasqué, et qu’il quitte ce lieu sans plus tarder ! ».
Manque de chance, de nos jours qui est-ce qui pourrait avoir suffisamment de dons pour trier le bon grain de l’ivraie parmi les futurs représentants du peuple et parmi les futurs représentant de la finance ?.......

L’ensemble de ces données ont moins pour but de discriminer les uns et les autres que 1° - éclairer d’une lumière différente la situation, et 2° - mettre une fois de plus en exergue des manipulations toujours sans fin face auxquelles l’observateur peut honnêtement se dire « vu l’ampleur des forces en présence on ne pourra rien changer. »
- Pour certains le monde tel qu’il est et fonctionne leur ira comme un gant, ils surferont sur la vague consentant à 100% à déléguer aux autres leurs propres responsabilité.
- Quelques uns reconnaîtront la nécessité de rétablir des situations justes par l’action de manifester, ils ont raison car face à la minorité gouvernante et face au projet dans lequel ils veulent incorporer les populations il y a toujours des combats à mener pour des droits naturels et des bases naturelles à préserver. Même si les grands conflits fabriqués de toute pièce telles les guerres mondiales suppriment une partie des doits, une fois « l’ordre » revenu les droits sont rétablis, d’où l’intérêt de manifester.
- Pour d’autres sans doute se diront-ils qu’à nouveau la seule chose à faire est de suivre sa propre voie en slalomant entre les embûches.
- D’autres sentiront que leur voie doit être débroussaillée afin qu’elle leur permette d’être pleinement eux-mêmes, les conduisant à changer de zone géographique si les conditions continuent à se dégrader ».[/b]

Delta de la Lyre

10-13 mai 2016

.

Laboratoire

209 000 000 000 € / 508 000 000 habitants = 411,42 € par habitants

soit 2 700 Francs Français par européen de l’union

.

Encore un peu plus loin avec Goldman Sachs ?

Réalité palpable de l’emprise virale sur le monde par la banque d’affaires étasunienne Goldman Sachs – Voire vidéo de 3 minutes de Charles Gave.

.

Delta de la Lyre

10-12 mai 2016

.

.

Source présent article - Delta de la Lyre

Auteur

  • Jean-françois Faure, Or-argent, Delta De La Lyre

Source

Commentaires