CONNEXION

L’heure est au choix, et l’on ne peut attendre que les autres fassent le choix.

29 mars 2017 par Satyam  
Dans Canalisations |

Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron le 11-3-17

L’humanité le sait - ou le sait-elle ? - l’heure est au choix. L’heure est au choix, et l’on ne peut attendre que les autres fassent le choix. L’heure est au choix maintenant.
En fait, c’est cela l’incarnation, n’est-ce pas ? Prise dans les mirages du futur ou du passé, l’humanité semble avoir oublié que l’heure est au choix maintenant, et que ce choix ne dépend de rien ni de personne.
Alors que tant semblent mettre tant de poids sur des choix collectifs, qui osera se souvenir et appliquer que l’heure est au choix maintenant pour chaque être, et que les choix du collectif, en fait, ne sont que les reflets des choix de chaque être ? Et si tant attendent cette ère d’harmonie, pour que l’humanité bascule dans cette ère, il suffirait qu’un nombre suffisant fasse le choix au lieu d’attendre le choix du collectif, ou d’attendre quelque circonstance qui faciliterait le choix. Rien ne facilitera le choix. Le choix est maintenant, choix d’harmonie, choix de présence, ou choix de dispersion ou choix de décadence.
Car qui a compris que la présence pleine est l’opposée de la décadence ? La présence pleine restaure la perfection de la vie. Et qu’est-ce que la pleine présence ? C’est cela le choix, le choix inconditionnel. De ce choix découlent d’autres choix, de rythme de vie, de mode de vie, de mode de relations, relations de l’être avec son corps, son environnement, avec les autres êtres.
Le choix primordial est celui de la pleine présence. Et qu’est-ce que la pleine présence ? L’attention pleine et l’énergie rassemblée maintenant. Cela demande détermination. Cela demande de ne plus attendre que les circonstances soient établies permettant de rassembler l’énergie. Il ne sera jamais de telles circonstances, sauf si l’être les crée. Et la base de la création n’est pas l’environnement mais l’être lui-même. C’est cela peut-être que l’humanité a oublié.
Voyez, l’intensité du choix à lui seul transfigure les villes, transfigure les civilisations. La création n’est pas figée. Elle est le miroir du choix intérieur de l’application.
Il est beau d’être ainsi cercle de rayonnement. Etabli dans le choix d’être la joie, être le rayonnement de la joie.
Nous vous remercions.

Auteur

  • Agnès Bos-masseron

Source