CONNEXION

Alors que tant d’activité mentale s’agite à prévoir tel changement ou telle époque…

9 juin 2017 par Satyam  
Dans Canalisations |

Alors que tant d'activité mentale s'agite à concevoir ou à prévoir tel changement ou telle époque, l'invitation est à sortir de toute époque.

Message de Sanat Kumara reçu par Agnès Bos-Masseron le 6-6-17

Maintenant posé en soi, hors de l'emprise des événements, hors de l'emprise des ressentis même, car tout offert à maintenant, alors que le temps semble s'accélérer, alors que d'un certain point de vue, le chaos s'intensifie, d'un autre point de vue la pureté s'intensifie, rester tout offert à maintenant, hors de l'emprise du temps, hors de l'emprise des événements et des ressentis même.
En cela, vous êtes cocréateurs de cette ère nouvelle, car cette ère nouvelle ne connaît ni l'emprise du temps ni celle de l'espace. Alors que tant se préoccupent des changements dans l'espace, si peu savent s'offrir à l'au-delà de l'espace, maintenant, la clef, la porte, le divin même, car maintenant est l'éternel.
Nous le disons et le redisons, vous invitant, vous accompagnant et vous encourageant pour trouver cet autre équilibre, cet autre mode de fonctionnement, répondant à d'autres critères, le critère de l'éternel.
Avoir l'audace de simplifier à l'extrême, tout en amplifiant le dynamisme. Cela aussi est audace. Avoir l'audace de tendre à nouveau vers cet état pur, nous dirions "normal", de l'être humain. L'Être se fait humain, l'humain reste l'Être. L'Être est souverain. Il est le vénérable et le vénéré.
L'Être se fait humain à travers la simplicité de l'attention tout offerte à maintenant. De cet ancrage, dans cette présence maintenant, naît un autre style de vie, un autre mode d'action, de réalisation, un mode qui ne connaît plus ni le temps ni l'espace.
Alors que tant cherchent, à quelque degré, une sorte de révolution, la vraie révolution est celle qui défie le temps et l'espace, et retrouve l'assise simple et audacieuse dans maintenant, l'infiniment dynamique au sein de maintenant, car maintenant n'est ni figé ni immobile, immobile dans son éternité et pourtant contenant tous les mouvements. L'être humain est l'union de l'immobile et du mouvant, l'un s'appuie sur l'autre.
Accroître le dynamisme, simplifier. Alors que tant courent vers quelque chimère, arrêter de courir, se poser et se taire, être écoute maintenant de son propre infini, non par une aspiration philosophique mais par le vécu de la pleine présence.
Savez-vous qu'ainsi vous pouvez œuvrer sur la matière, la régénérer, la ramener à sa source, à sa perfection ? Savez-vous qu'ainsi vous arrêtez la course du temps et l'emprise de la course du temps sur vos corps ?
Concrètement, cela implique simplifier tout en gardant le dynamisme, l'attention sur l'action, sans projeter, restant pleinement rassemblé dans chaque moment de maintenant. Il n'est que cela. L'attention, l'offrande est de garder son regard rivé sur maintenant, de sortir de la course du temps au sein du dynamisme. Il ne s'agit pas de rentrer dans une énergie amorphe ou inactive. Le plein dynamisme.
Le critère de réussite n'est plus au niveau de l'action. La réussite de l'action n'est que le sous-produit de l'attitude juste, celle qui est tout offerte à rassembler l'énergie avec toujours plus d'intensité, l'offrant à maintenant. Chaque pas est offrande et chaque pas est danse.
Personne ne peut croire cela impossible. Il ne s'agit pas d'exploit grandiose, mais la simple grandeur d'être humain, maintenant. C'est ainsi que s'ouvre l'ère nouvelle. Qui pourra entendre ?
Alors que tant d'activité mentale s'agite à concevoir ou à prévoir tel changement ou telle époque, l'invitation est à sortir de toute époque. Le merveilleux est qu'entre deux souffles est l'éternel. Entre deux pas, entre deux mouvements, au cœur des pas et des mouvements, est l'éternel, l'immobile. L'éternel, l'immobile, est la nature de maintenant.
La gloire de l'incarnation est d'unir le mouvement et l'immobile. La gloire de l'incarnation est d'être pleinement ouvert et offert. Cela veut dire concrètement offrir son attention au maintien de l'attitude juste. Du maintien de l'attitude juste, découlera le succès de l'action, en sous-produit. Le maintien de l'attitude juste est cet équilibre offert par l'attention offerte à maintenant, la pleine présence au cœur de ce qui semblait être la course du temps. Et l'attention donne vie, s'évanouit le temps.
Sorti de la courbe du temps et de l'espace, une autre dimension. Maintenant est la clef et la porte.
Simplifiez vos attentions. Simplifiez vos actions tout en les dynamisant. Il ne s'agit pas de sortir de l'action ou d'entrer dans l'amorphe. Dynamiser, l'attention rivée sur l'immobile.
Alors que tant regardent les événements, faire le choix d'être créateur d'une autre harmonie, d'un autre mode de relation sociale, planétaire et interplanétaire. Car vous le comprenez, si vous sortez de la courbe du temps, vous entrez en résonance avec ces nombreuses civilisations qui sont hors de la courbe du temps et de l'espace et qui évoluent en plein dynamisme offert à l'immobile.
Vous le savez, tout comme vos musiciens accordent leurs instruments à un diapason, l'attention vous permet d'accorder votre incarnation à un diapason. Le diapason de maintenant est celui de l'au-delà du temps et de l'espace. Ceux qui croient dans les dimensions pourraient parler de dimensions supérieures, civilisations d'harmonie pure.
Dynamisez vos corps, non un peu, immensément, chacun tendant à son propre rythme, mais non le rythme de l'amorphe, le rythme dynamique. Dynamisez vos corps, cela maintenant est vital. Un corps dynamique est ouvert au vent des vibrations des harmonies, des harmoniques. Un corps dynamique est offert. Un corps dynamique est ancré, fluide, infiniment adaptable, ancré tel un chêne ou un roc. Cela est vital alors qu'au sein de la courbe du temps et de l'espace, soufflent tant de vents, d'ouragans même il semble. Pourtant maintenant, hors du temps et de l'espace, l'infinie ouverture est l'infini sourire de l'éternel.
Pour certains, il paraîtrait inévitable d'être balloté par les ouragans, les sages savent rester dans l'au-delà du temps et de l'espace. Là aucun ouragan. Le plein dynamisme est l'infini sourire de l'éternel. L'être humain incarnant cet infini sourire, s'offre et imprime cette énergie nouvelle au sein du collectif, sans se faire emporter ni balloter, car seul est le sourire de l'éternel.
N'oubliez pas la beauté de la fraternité. L'invitation reste sur deux plans, rester dans l'au-delà du temps et de l'espace, et simultanément se rassembler en un même lieu du temps et de l'espace, s'unir, s'harmoniser, s'élever, s'inspirer pour que la vague de l'énergie de la fraternité soit inébranlable et ferment, ferment pour l'unité, ferment pour que la société se souvienne que seul est le un, qu'il n'est ni la course du temps ni la courbe de l'espace, seul le sourire de l'éternel, la danse du dynamisme au sein de l'immobile, la gloire de l'incarner.
Il faut bien que la fraternité imprime l'énergie nouvelle. Pour l'imprimer, encore fait-il l'incarner. Pour l'incarner, encore et toujours recevoir l'inspiration, recevoir le don de l'union concrète, rassemblé dans ce qui semble être un seul lieu, rassemblé dans ce qui est l'éternel.
Voyez la beauté. Ainsi sont les retraites des maîtres, au-delà du temps et de l'espace, et pourtant ancrées dans la pureté d'un espace et le moment de maintenant. Alors que tant attendent et que tant se questionnent sur quelque histoire de quelque transition, maintenant est le moment d'actualiser la pleine présence. Ne jamais tergiverser.
Elever votre critère de ce qui est simple et sain. Là aussi, ne pas tergiverser. Des aliments sains, une eau saine, des émotions saines, des sentiments sains, une condition physique saine, un état mental sain, simple, ouvert, audacieux. La plus grande audace, vous le savez, est d'oser dépasser ce qui semble être ses propres limites et qui ne sont que des croyances. Maintenant tout est ouvert, tout est offert, maintenant le simple dynamisme et l'audace d'entrer dans cet autre mode de fonctionnement, la simple audace.
Nous vous saluons et nous vous remercions.

Auteur

  • Agnès Bos-masseron

Source