CONNEXION

Il n’est aucun poids sauf celui que l’on crée.

10 décembre 2017 par Satyam  
Dans Canalisations |

Message de Babaji reçu par Agnès Bos-Masseron

Au cœur du dynamisme, écouter le silence. Au cœur du silence, honorer la vie. Toujours, à chaque moment, vous l'entendez. A chaque moment, intensifiez la présence.
On pourrait dire que la plupart de l'humanité est dans l'absence, masquant l'absence par de faux divertissements, de faux besoins, des croyances, des histoires. Oser se dénuder et se retrouver dans sa pure vérité, la pleine présence, simple, pleine présence. Alors tout est ouvert…
Souvenez-vous, dans chaque moment, car il n'est aucun moment qui ne soit vide ou anodin. Chaque moment est le plus précieux car chaque moment vous ouvre à la pleine conscience du tout, la simple réalité de ce que Je Suis. Au-delà des histoires, au-delà des illusions, au-delà des croyances, la simple réalité de ce que Je Suis.
Avoir l'audace de se dénuder des illusions, des faux semblants, des jugements, des croyances, et particulièrement des croyances dans les poids. Il n'est aucun poids sauf celui que l'on crée par la machine mentale, qui vient nourrir la machine émotionnelle, qui vient nourrir la machine égotique et qui crée une réalité qui n'est qu'illusoire.
Avoir l'audace de rester simple, ouvert, émerveillé, alors ouvert et offert pour rencontrer cette fraternité qui est la fraternité du vivant, au-delà des traditions et des compartimentations, la fraternité du vivant…
Souvenez-vous, nul n'arrive jamais. On peut tendre vers la pleine présence, la pleine présence est l'infini. L'infini est inatteignable. L'on est l'infini, et en même temps l'on sait que l'infini est inatteignable. Ainsi être le flot de l'Être qui se reconnaît et s'offre le don de sa nature, l'amour pur.

Auteur

  • Agnès Bos-masseron

Source

Commentaires

  1. Karen says:

    Magnifique …. merci !!!

  2. Marie-christine says:

    Des paroles de toute sagesse et de toute simplicité…
    Mais Dieu que la sagesse et la simplicité sont parfois difficiles à atteindre !
    Il semblerait que la complication soit le propre de l´homme, un état dans lequel il se complaît et se repaît.
    Et j´’avoue que j’ai encore bien du mal à rester complètement zen quand des êtres proches cherchent le conflit et la provocation.
    Bon, je sais que je dois le prendre comme une épreuve pour mieux cultiver la paix intérieure.