La Deutsche Bank qui est dans tous les coups tordus, un peu comme JP Morgan aux Etats-Unis d’Amérique, et qui ne vaut plus rien, seul l’argent de la Banque Centrale Européenne l’a sauvé durant ces dernières années, Deutsche Bank, banque la plus importante de l’Allemagne, dans le secteur privé, et banque qui a un paquet énorme de procès sur les dos et jusque dans ses caves, est en train de couler.

Pour repère, la deuxième banque commerciale en Allemagne est la Commerzbank mais elle ne se porte qu’à peine mieux que la première.
Une fusion des deux fut envisagée pour que 0+0 = 1, mais est restée lettre morte.

La profession libérale, le petit commerçant ou artisan, la petite ou moyenne entreprise qui « va mal » ou qui ne paye pas telle cotisation ou tel impôt, les Etats, français comme allemand l’achèvent.
Par contre lorsqu’il s’agit de très grandes entreprises ou de banques alors il en est tout autrement.

Les gouvernements profonds (ou forces obscures) ne peuvent pas laisser la Deutsche Bank s’effondrer d’un coup et qui plus est officiellement sinon c’est l’Europe qui s’écroule et la planète qui vacille.
Pour l’heure il s’agit de la démanteler comme expliqué et prouvé ci-après.

Voyons comment tourne ce monde, monde caché aux yeux du grand public.

Voici donc la Deutsche Bank à Frankfort, ville et sa banlieue où un peu avant la révolution française les illuminati (Rothschild) infiltrèrent la franc-maçonnerie afin de la diriger.

delta de la Lyre

*

UN BANKRUN EST EN COURS SUR LA DEUTSCHE BANK (LOGIQUE…)

Du 17 au 19 juillet 2019

Bloomberg rapporte qu’en ce moment même, environ 1 milliard d’euros quittent la banque allemande chaque jour. Ce ne sont pas spécialement les petits clients des agences DB un peu partout en Europe (il y en a une par exemple en plein centre de Rome et dans toutes les capitales européennes, sans parler de l’Allemagne) qui la quittent, mais bien les très gros clients, les hedge funds, les fonds de retraite, les assureurs, les associations sportives, etc., etc. qui pèsent des centaines de millions ou milliards, et parfois des trilliards.

On va dire que la DB vit son moment « Credit Anstaldt »… (lire le livre
Hitler et la planche à billets).

Et quand ceux-là commencent tous à réclamer leurs fonds en même temps pour aller dans une autre banque, cela s’appelle un bank-run, une ruée sur la banque par peur de son insolvabilité.

Principaux bénéficiaires: HSBC, JP Morgan et même BNP qui fait des pieds et des mains pour récupérer certains traders virés mais qui connaissent les clients de la DB par coeur. Lire ici Bloomberg.

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2019

*

LA BNP VENUT REPRENDRE TOUTE L’ACTIVITE TRADING DE LA DEUTSCHE BANK A 168 MILLIARDS

Du 17 au 19 juillet 2019

Je vous en ai parlé voici 10 jours, eh bien cela se passe aussi en ce moment: la BNP veut profiter de la chute de la banque allemande pour devenir le No1 européen des services pour les hedge funds et autres entités privées qui ont un besoin quotidien de trading:

« As a result of the modern version of this « bank run », where it’s not depositors but counterparties that are pulling their liquid exposure from DB on fears another Lehman-style lock up could freeze their funds indefinitely, Deutsche Bank is considering how to transfer some €150 billion ($168 billion) of balances held in it prime-brokerage unit – along with technology and potentially hundreds of staff – to French banking giant BNP Paribas« .

Encore faut-il que les clients de la DB acceptent d’aller à la… BNP.

Vous remarquerez que la direction générale de la BNP s’est estimée suffisamment puissante et sûre d’elle même pour prendre la suite de l’entité de gestion de fonds de la DB qui représente un volume de presque 170 milliards d’euros. De son côté ZH se pose aussi des questions: « Of course, publicly telegraphing that DB is in dire liquidity straits and needs an in-kind transfer of its prime brokerage book would spark an outright panic, and so instead the story has been spun far more palatably, i.e., « BNP is providing « continuity of service » to Deutsche Bank’s prime-brokerage and electronic-equity clients as the two companies discuss transferring over technology and staff ».

The ultimate goal of the talks is for BNP to take over the vast majority of client balances, which are slightly less than $200 billion currently.

There is just one problem: nothing is preventing those clients who would be forcibly moved from a German banking giant to a French banking giant from redeeming their funds. And that’s just what they are doing. Or rather, nothing is preventing them from moving their exposure for now, which is why they are suddenly scrambling to do it before they are suddenly gated ».

Traduction: la DB compte sur la BNP pour se defaire d’une grande partie de ses responsabilités, mais rien n’oblige ses clients à aller à la BNP, ce qui me laisse penser qu’il doit forcément exister une sorte d’accord secret entre la BNP et la DB.

N’oubliez pas que les Allemands avaient tout essayé pour fusionner les deux banques, sans y parvenir. La BNP a dû lâcher quelques garanties ou quelques milliards pour récupérer les clients, ou bien va payer une com la DB au fur et à mesure qu’elle récupère ses clients.

On pourrait se poser la question si cette opération vaut vraiment le coup pour la BNP qui, clairement, veut maintenant devenir la banque la plus puissante d’Europe. Lire ici ZH

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2019

*

Article connexe

Deutsch Bank confirme la manipulation des cours newyorkais de l’argent puis de l’or

Vidéos connexes :

BNP Paribas. 1/2
BNP Paribas. 2/2

*

Photo – Michael Probst

Source présent article – delta de la Lyre

Publié par Delta de la lyre (Profil & Articles associés)