CONNEXION

Sons Esséniens – La Guérison par la Voix – Conférence sur l’Internet d’Anne Givaudan

24 mai 2014 par Delta de la lyre  
Dans Spiritualité |

Mercredi 25 juin 2014 à 14h30 (heure du Québec) et à 20h30 (heure de Paris) durée : environ 1h30

Conférence en accès libre

Pour obtenir le lien d’accès à la salle virtuelle où se déroulera la conférence, il n’est pas nécessaire d’être déjà "Membre Energie-Santé", mais simplement de s’inscrire. Par contre, l’enregistrement de la conférence ne sera accessible qu’aux "Membres Energie-Santé" dont le compte est actif, pour visionnement en différé …

Inscription conférence

Depuis la nuit des temps, il est une certitude. Le son fait non seulement partie de notre vie, il en accompagne chaque moment. Qu’il soit émis par la voix ou par un instrument, il est porteur d’émotions qui, bien souvent, nous dirigent.

L’enfant bercé par le chant de sa mère s’apaise tandis que les militaires, au rythme d’une musique à deux temps, avancent d’un pas cadencé, prêts au combat. En agissant sur nos neurones et nos comportements, le son apaise, dynamise ou déstructure…

Il y a quelques années, une étude concluait qu’il y avait de nombreux suicides sur une musique tzigane pourtant romantique. Pendant ce temps, des publicistes étudiaient l’impact des musiques diffusées dans les grandes surfaces afin que les consommateurs achètent un maximum de produits en un minimum de temps.

Beaucoup plus que des vibrations

Le Verbe est donc créateur et ce n’est ni une image, ni une parabole, mais une réalité bien concrète. N’avez-vous jamais entendu parler des sons aigus qui brisent le cristal ? C’est la preuve que les sons émis par la voix ont une puissance qui touche la matière dense. Il devient donc évident que les sons influencent non seulement nos âmes, mais notre corps tout entier.

Dès les premières semaines, par le biais des os de son crâne et le bassin de sa mère, le fœtus est mis en relation avec l’extérieur, notamment avec les « bruits » et les « voix ». Pendant les mois qui suivront, il percevra les basses fréquences qui le feront vibrer. Sa sensibilité au son le fera bouger harmonieusement et nous pourrions même percevoir, dans ces instants privilégiés, des étirements ou des gestes de la main indiquant sa satisfaction. Si une ou des musiques sont écoutées durant la grossesse, l’enfant nouveau-né les reconnaîtra et il se calmera dès qu’il les entendra à nouveau. De même que les voix amicales ou inamicales entendues durant les neuf premiers mois l’intéresseront ou l’effrayeront.

Un pouvoir pénétrant aux mille vertus

Le son pénètre partout, il s’immisce dans la plus petite cellule, qu’il s’agisse de cellules humaines, de cellules végétales ou animales. Les plantes et les animaux qui captent des fréquences plus élevées que les nôtres sont eux aussi influencés par la musique.

En faisant « écouter » de la musique classique à des plantes, on a pu observer une pousse plus favorable, alors que des musiques déstructurées retardaient considérablement la croissance de ces dernières. Le professeur Masaru Emoto a fait d’étonnantes expériences concernant la sensibilité des molécules d’eau à la musique. Grâce à des musiques soigneusement choisies, il a réussi à régénérer de nombreuses eaux polluées, notamment l’eau de la centrale de Fukushima, au Japon, en proposant des méditations afin qu’ensemble nous puissions aider ces eaux à retrouver leur vitalité.

Les animaux ne sont pas exclus des influences sonores, puisqu’il s’est avéré qu’une vache laitière produit un lait de meilleure qualité si elle entend du Bach ou du Mozart. Et que dire des sons spécifiques aidant à la guérison…

Du son à la guérison

Conscients de l’influence des diverses sonorités sur les organismes vivants, on peut facilement comprendre que le son est aussi un guérisseur fabuleux. Dans la pratique des soins esséniens, le son est considéré comme l’un des éléments essentiels pour les réajustements énergétiques. Quelle est la puissance du son ? Comment peut-il agir sur notre corps physique ?

Beaucoup de médecines traditionnelles connaissent et emploient le son à des buts thérapeutiques, que ce son soit émis ou non. La médecine chinoise attribue une note à chaque organe. La médecine ayurvédique récite des mantras durant la préparation des potions pour leur conférer une efficacité optimale. On se sert des mantras de guérison dans tous les types de yoga. La médecine chamanique amérindienne utilise des chants propices au rétablissement de la santé. Le Dalaï-Lama a conçu un CD de mantras de guérison. Au Baloutchistan, les chamanes guérisseurs jouent des airs musicaux visant à exorciser leur patient.

VIVRE, C’EST… Mettre notre instrument au diapason de la Vie

Jouer sa vie sans fausse note, aussi bien au niveau de notre corps physique qu’au niveau de nos pensées, de nos émotions ou de nos actions… C’est ça goûter au paradis sur Terre !

Anne Givaudan,
auteur et co-auteur d’une vingtaine de livres traduits dans de nombreux pays est connue pour sa pratique du voyage hors du corps ou voyage astral. C’est par ce moyen qu’elle permet à un vaste public de découvrir les mondes de l’après-vie et de se familiariser avec des univers peu connus. Ses livres sont des enseignements sur les mondes de l’après-vie et les principales questions de nos vies actuelles.

Ses rencontres hors du commun ont ouvert les portes de mondes jusqu’alors réservés à un public d’initiés. Ses livres sont des enseignements sur les mondes de l’après-vie et les principales questions de nos vies actuelles. Elle souhaite que ses découvertes et contacts contribuent à faire retrouver à chacun sa véritable nature : pluridimensionnelle et sans limite.

Enseignante en Soins Esséniens depuis de nombreuses années en Europe et au Canada, Anne s’attache à faire découvrir plus profondément des techniques, à la fois millénaires et très actuelles de bien-être, pour que chacun soit en mesure de reconstruire son être véritable et intègre.

Dans son dernier livre, accompagné d’un CD : " Sons esséniens, la guérison par la voix", Anne nous permet de découvrir et d’expérimenter les sons de guérison que les Esséniens chantaient autrefois dans de multiples occasions, que ce soit pour équilibrer un corps, régénérer un organe, purifier un lieu, soigner la planète ou remercier la Nature. Le Son est un élément essentiel de guérison de l’âme et du corps …

Anne Givaudan
Auteur, conférencière, enseignante et thérapeute

~

.

~

- - - - - - - - Article complémentaire d’Anne Givaudan - - - - - - - -

Sons et Soins Esséniens

Pourquoi parler du son de guérison en soins Esséniens ?
Simplement parce que le son est ce qui fait la particularité, la beauté et bien sûr l’efficacité de ces soins.

Le son dans les soins

J’ai depuis un certain temps recherché les peuples qui utilisaient le son dans les soins.
Qu’il s’agisse des mantras en Inde, des sons de guérison tibétains, des chants amérindiens, des psalmodies chamaniques ou des sons aborigènes, il s’avère que beaucoup d’ethnies dites aujourd’hui « minoritaires » pratiquent encore avec les sons.
Les Égyptiens d’autrefois connaissaient le pouvoir du son. À une époque dont nous avons perdu la mémoire, les femmes celtes par des sons appropriés soulevaient d’énormes blocs de pierre qui servaient de point d’acupuncture dans l’impressionnant réseau des grands axes de circulation terrestres. (voir De Mémoire d'Esséniens)

Quant aux soins esséniens, ils existaient bien avant les Esséniens eux-mêmes, étaient pratiqués en Atlantide et aussi sur d’autres planètes de l’Alliance. (voir le livre Alliance)

Ceci rend plus compréhensible le fait que, d’autres peuples aient des soins et des sons guérissant qui puissent ressembler à ceux pratiqués chez les Esséniens.
En effet, lorsque l’enseignement vénusien fut apporté sur la Terre, il le fut à différentes époques et pour des populations très diverses qui les utilisèrent et les comprirent à leur manière avec cependant une base commune.

Le son chez les Esséniens

Les thérapeutes Esséniens reconnus dans tout le Moyen Orient pour leur savoir et leurs capacités, mettaient des années pour comprendre et émettre les sons appropriés à la guérison. Pour eux et donc pour nous aujourd’hui, il y a deux façons principales de se servir de la voix.

La voix de lait

La première appelée « voix de lait » ou « art de la voix douce » consistait à entrer en contact avec chacune des lettres de l’alphabet araméen, langue qu’ils utilisaient à l’époque.
En tant qu’érudits, et au fait des sciences cachées et secrètes, ils savaient que chaque lettre était la représentation dans la matière ou si vous voulez, le corps physique d’une grande entité. Mettre certaines lettres ensemble peut donc créer un monde harmonieux ou complètement déstructuré.

C’est ce que l’on voit aujourd’hui très concrètement, à travers les expériences du Professeur Emoto lorsqu’il photographie la cristallisation d’eau de bouteilles sur lesquelles est marqué le mot « Haine » ou le mot « Amour ». L’univers harmonieux du mot « Amour » fait face à l’univers déséquilibré du mot « haine » et ce qu’il semble difficile à imaginer c’est que sur ces mondes, vivent des entités qui feront l’expérience de ce que nous aurons créé.

Dans les enseignements que je reçus à cette époque d’il y a deux mille ans, il m’était bien spécifié que nous étions créateurs de mondes pour des êtres que nous ne voyons pas et que nos mots, nos phrases étaient ces mondes générés par nous.


Afin de créer des mondes harmonieux, nous méditions quotidiennement pour entrer en communion avec les lettres afin que, ce qui sorte de notre bouche ne soit plus un torrent incontrôlable mais une rivière de paix.
« Vos mots devront couler comme le lait et le miel, guérissant les plaies, dynamisant ou apaisant les âmes », nous répétaient nos enseignants d’alors tandis qu’ils nous faisaient visualiser puis chanter la lettre choisie ce jour-là.

Chanter nous permettait ainsi de donner de la densité à la lettre dans la matière et de communier plus profondément avec elle.

J’écoutais il y a peu une conférence de Don Miguel Ruiz qui nommait le premier des 4 accords toltèques et qui disait qu’il s’agissait du plus important :

« Que ta parole soit impeccable »

Le Verbe est créateur et chaque son prononcé peut détruire ou construire, que ce soit nous-mêmes ou d’autres qui nous entourent, précisait-il dans son discours.

C’est donc à travers cet art de « la voix de lait » que les thérapeutes Esséniens parlaient avec une intonation caractéristique, à peine perceptible par ceux qui n’avaient pas connaissance de leurs enseignements ou dont l’oreille n’était pas suffisamment exercée. Cette intonation constituait un baume pour ceux qui écoutaient.
Les enseignants considéraient que nous ne soignons pas uniquement avec nos mains, mais aussi avec la voix, le regard et, que toutes nos cellules se devaient d’être au service du soin.

Aujourd’hui mes sens subtils me permettent de voir l’impact des mots et les mondes de guerre, de chaos ou de paix qui tourbillonnent autour des personnes émettrices mais aussi d’entendre les sons disharmonieux qui s’en échappent.

C’est parfois très impressionnant et dans ces cas-là je préférerais ne pas voir ni entendre cette cacophonie. Cependant, je pense que, si chacun pouvait voir ce qu’il est capable de créer, il arrêterait immédiatement le flot incontrôlé de ses paroles.

C’est bien souvent par ignorance et parce que nous sommes inconscients des répercussions de ce que nous disons que nous laissons les mots dépasser notre pensée.
Notamment lorsque l’on prend conscience que ces mondes, une fois créés vont durer un certain laps de temps qui peut aller de quelques heures à plusieurs jours ou semaines, selon la force et la répétition de ce qui est émis.
Pour vous donner un exemple, si nous répétons continuellement « tu es un imbécile » à un enfant, ou à sois-même « je ne suis qu’une idiote », l’impact restera longtemps gravé et le mot formera un monde qui non seulement aura un impact sur nous mais attirera à travers les formes-pensées des entités indésirables qui renforceront ces paroles.

Vous pourriez penser que si des personnes mal intentionnées connaissent cette loi naturelle, elles pourront s’en servir pour nuire à d’autres et pratiquer ainsi une forme de magie noire. Pourtant une autre loi naturelle fait que le créateur subit toujours les répercussions de ce qu’il génère.
Comme personne ne souhaite se faire du tort ou du mal volontairement, il est important de noter ce fait car l’action est toujours à double sens : vers le destinataire mais aussi vers l’expéditeur qui va recevoir comme un boomerang, c’est-à-dire multiplié par dix, ce qu’il a envoyé consciemment ou non.

En conclusion de « la voix de lait » nous pourrions dire que « Si nous ne sommes pas coupables des mots que nous prononçons, nous en sommes totalement responsables . » Il est grand temps de ne plus laisser notre ego et notre mental nous diriger à travers nos mots et de reprendre les rênes de notre vie en étant vigilant sur ce que nous créons.

Le son qui guérit

Le deuxième type de son employé était celui du « son qui guérit »

Le son qui guérit est une onde que l’on envoie avec la lumière sur un organe malade. Il va désincruster la matière sombre pour permettre à la lumière de faire son travail et de rendre peu à peu son autonomie à la cellule ainsi que sa dimension lumineuse.

C’est l’objectif des soins Esséniens

Mais il ne s’agit pas d’un son pris au hasard, bien au contraire, car les thérapeutes esséniens avaient aussi la connaissance de la musique du corps. Pour être plus claire, ils savaient que chaque être humain est une mélodie composée de plusieurs notes qui sont celles de ses organes.
Nous sommes tous faits de « sons » et nous pourrions être des symphonies à la surface de la terre si nos pensées (toujours elles) ne finissaient pas par affaiblir nos organes qui peu à peu émettent une note discordante. Nous sommes tels des instruments à réaccorder lorsque l’une des cordes ne l’est plus et nous fait sonner faux.

Là encore, le rôle du thérapeute est d’entendre très précisément la note discordante pour, comme un accordeur d’instrument avec le son, ramener la fausse note à son harmonie de départ. Cela n’est pas le plus simple car il faut avant tout être capable de fermer suffisamment les portes de nos sens extérieurs pour capter et émettre la musique de l’âme de celui qui vient se faire soigner.

La méditation est évidemment une aide précieuse et indispensable afin, peu à peu, de faire taire notre mental si bavard, pour être présent à l’instant et aux sons qui se dégagent d’un corps allongé devant nous.

Aujourd’hui, nous pourrions nous servir de cette approche s’il y avait un pont entre les médecines allopathiques et énergétiques.
Lors de greffe d’organe par exemple, il arrive souvent que l’organe placé dans un autre corps soit inadapté c’est-à-dire n’émette pas le son approprié et donc il y a rejet.
Le son pourrait permettre d’ajuster l’organe au nouveau corps dans lequel il se trouve et ainsi, il y aurait beaucoup moins d’effets secondaires.

Thérapie à part entière

Cela peut sembler compliqué à première vue mais il ne faut pas oublier que les soins esséniens sont une thérapie à part entière et que cela demande un apprentissage quotidien, comme n’importe quel art. Écouter le son est une approche extrêmement intéressante mais elle demande de la régularité et de la persévérance.


Il est possible de le faire comme un jeu ou une méditation, l’important est d’y trouver du plaisir, de la joie. Prenez un fruit, une pierre, un objet dans le creux de vos mains… et écoutez le chant subtil qui s’en dégage. Vous percevrez ainsi que tout ce qui existe émet un son, plus ou moins lourd, plus ou moins grave mais toujours présent.
Chaque forme de vie est un assemblage de particules de prâna, et le prâna est la vie par excellence.

Le son du prâna est très facile à entendre et c’est un bon tremplin pour, peu à peu développer notre oreille subtile. C’est l’outil indispensable du thérapeute essénien qui doit avant tout être à l’écoute de la circulation du prâna à l’intérieur de ses corps subtils puis à l’écoute de celui émis par le patient.
À partir de là, tout est possible mais comme je l’ai dit plus haut ce serait illusoire de penser que n’importe quel son peut faire l’affaire. Ce n’est pas parce que nous sommes dans des mondes subtils que l’on peut se permettre d’être imprécis.
En effet que ce soit dans les gestes ou dans l’émission du son, la précision sera garante de la qualité du soin soutenue en priorité par l’attitude intérieure du thérapeute.

En ce qui concerne les exercices, dans le Cd formes pensées, j’ai mis à disposition l’exercice d’écoute du son du prâna. Quand on s’exerce à écouter le son qui circule à l’intérieur de nos corps subtils, on s’aperçoit que l’on peut l’entendre même s’il y a foule autour de nous.
Ceci est un excellent moyen de se ressourcer lorsque l’on est fatigué ou que l’on se sent agressé. C’est une façon de se retirer à l’intérieur de soi.

L’oreille subtile commence à s’affiner

La difficulté vient le plus souvent de la barrière créée par notre mental qui nous met très vite en état d’échec et refuse de se couper des sens extérieurs qui l’alimentent (comme durant une méditation).

Il arrive de plus en plus souvent, à certaines personnes, d’entendre très clairement ces sons subtils, si bien qu’elles s’inquiètent et se demandent si elles n’ont pas des acouphènes. Il s’agit souvent du son du prâna dont elles ne soupçonnent pas même l’existence.

Le son est partout, il est toujours présent même si nous ne l’entendons pas et il ne disparaît jamais.

La partition retrouvée

Une histoire assez récente à ce sujet est celle du père Pelligrini.
Ce prêtre italien à la fois scientifique et musicologue de renom était à la recherche d’une partition qui avait disparu. Cela était très important à ses yeux et il était de plus persuadé que le son ne pouvait disparaître. Pensant que l’on pouvait retrouver quelque part cette partition, il réunit autour de lui une équipe internationale de scientifiques réputés qui avec l’accord et les fonds du Vatican, fabriquèrent une « machine à remonter le temps ».


Fait extraordinaire, ils retrouvèrent cette partition que l’on peut voir aujourd’hui dans un musée proche de Venise. Il n’a d’ailleurs pas trouvé que la partition mais aussi cette mémoire du temps révéla bien des épisodes sur la vie de Jésus dont le Vatican prit connaissance. Ces révélations n’étant pas au goût de tous, la machine fut démontée peu avant la mort du père Pelligrini et les morceaux éparpillés chez différentes personnes.

Impact du son sur les populations

Avant de terminer cet article j’aurais aimé attirer votre attention sur l’écoute de la musique et donc sur l’impact du son sur les populations actuelles.
Il y a aujourd’hui beaucoup de musiques avec des sons guérissant, d’autres avec des sons déstructurant, et nous trouvons de plus en plus de musiciens thérapeutes dans le monde.

Des études sont menées sur l’impact de la musique dans notre cerveau et sur tout organisme vivant. Cependant il y a un revers à la médaille et une musique peut aussi engendrer de l’agressivité et toucher au niveau des émotions ce qu’il y a de plus bas dans l’homme. Ce sont des musiques que l’on entend dans les boîtes de nuit, en boucle à la radio.

Elles sont semblables aux musiques militaires qui sur un rythme à deux temps font piétiner sur place mais ne permettent pas d’avancer. Si des soldats passaient sur un pont en suivant un rythme saccadé ils seraient capables de faire écrouler le pont.

La musique n’adoucit pas toujours les mœurs, elle aide selon les notes employées à faire sortir l’agressivité, à envoyer des hommes au combat, à provoquer des suicides.

Si le son peut briser le cristal ou guérir, il est puissant et les chercheurs du cerveau en redécouvrent le pouvoir… en ce qui concerne les résultats, ils seront ce que l’humain en fera.

Tout ce qui est important peut être mis au service de l’ombre ou de la Lumière .

Souhaitons donc que peu à peu nous apprenions à mettre les fabuleuses connaissances qui nous entourent au profit des humains et pour l’édification d’un monde complètement différent de celui que nous connaissons aujourd’hui.

Anne Givaudan

~

Sources :

sois.fr
energie-sante.net

~

Peintures de Josephine Wall

~

Auteur

  • Energie-santé Et Anne Givaudan

Source

Commentaires

  1. Paashaus says:

    Bonjour , totalement d’accord avec ce que je viens de lire , le SON peut changer beaucoup dans notre vie ,cela devrait être enseigner dans les écoles , dès la 6 ème afin que les jeunes soient conscient de ce que cela implique ; et le monde pourrait changer radicalement .
    malheureusement toutes les radios « basiques » imposent ce rythme malsain , qui favorise les excès en tout genres ( il faudrait se poser la question QUI et dans quel but? ) l’élévation de l’être humain passe par l’harmonie
    la sérénité , le moyen à la portée de tous est de se réfugier dans la Nature «  »se laisser absorber dans les SONS que la Nature diffuse en permanence » » pour les êtres sensibles réceptifs c’est une vraie mélodie
    qui régénère .