CONNEXION

Les 11 pétales de la conscience elfique

16 mai 2017 par Leretourdesdragons  
Dans Spiritualité |

Les Elfes évoquent par leur seul nom une réalité intangible et mystique. Ils sont d'autant plus magnifiés dans l'imaginaire que leur véritable nature est au mieux parcellaire mais plus largement travestie. La connaissance des Elfes requiert l'érosion de nos certitudes. Ce que vous allez lire ici sur la nature réelle de la vibration elfique est imparfait. Il ne saurait en être autrement. Nul n’a pu arrêter l'effritement de ses mémoires. Notre propre dégradation spirituelle nous a retiré des clés de compréhension sur l’essence même d’un Elfe. Néanmoins, je vous invite à accueillir ces souvenances des Elfes afin de libérer nos cœurs de l'amertume de l'oubli.

La lecture préalable du récit De Ragnarök à Yggdrasil offrira une compréhension élargie de la conscience elfique.
[irp posts="3062" name="De Ragnarök à Yggdrasil"]
L’histoire des Elfes est ici l'offrande d’une fleur aux onze pétales.

1. Un pétale pour la Lignée elfique

Si toute conscience dans l’univers trouve son origine ultime en Dieu, chacune en est une individualisation afin d’ensemencer chaque plan d’existence, physique ou éthérique, et d’explorer les possibilités de la vie. Le plan de conscience de la lignée elfique originelle se place sous la Lumière de la Source divine. Cette Lumière est dite vibrale et unifiée. En effet, la lignée des Consciences elfiques crée en ajustant les vibrations de la Lumière divine tout en maintenant chaque création unie avec Dieu.

La beauté et l’harmonie ont toujours été l’emblème de la vie manifestée par la lignée elfique originelle.

Le Royaume des Elfes originels réside dans l’une des plus hautes hiérarchies divines. Rares sont les êtres qui connaissent la route vers ce Royaume.

2. Un pétale pour le Sacrifice des Elfes

Si les Elfes trouvent leur origine au-delà de la matière, ils s’expriment jusqu’aux mondes physiques. Les mythes parlent de ces Elfes venus d’une contrée inaccessible aux hommes, à bord de leurs vaisseaux de lumière blanche. Les Elfes originels, ou Hauts Elfes, sont des êtres éthériques dont la radiance les assimilerait à des apparitions angéliques.

Ils ne furent pas les premiers habitants de notre planète mais en furent des architectes de la vie. La lignée elfique est l’une de celles à l’origine de la race humaine actuelle. Bien que la pensée de l’homme soit abreuvée de la théorie de l’évolution, il porte en lui la souvenance de sa genèse divine.

Les Elfes ont sacrifié la pureté de leur génétique Lumière afin de l’hybrider avec des génomes issus d’autres peuples stellaires. Les Elfes acceptèrent ce dont ils s’étaient toujours gardés. Ils souillèrent la perfection de leur lignée en renonçant à la Voie de la Pureté, celle tendant à préserver leurs attributs divins fondateurs.

Les Elfes ont offert leur lignée au plan divin de l’involution choisie.

Les Elfes embrassèrent la Voie de l’Imprégnation pour la grande expérience de la vie terrestre. Ils mélangèrent leur génome à celles de races pulsionnelles et rebelles à Dieu afin de leur offrir leur potentiel elfique. Là est le Grand Sacrifice des Elfes.

3. Un pétale pour le Potentiel elfique

L’homme est dans l’ignorance de sa véritable identité. D’un être humain à l’autre, les tonalités de cette identité sont variables. Chacun est cependant l’héritier de ce même creusé de diverses origines. Son véhicule de chair et ses corps subtils sont codés par divers apports génétiques des civilisations des étoiles.

L’homme a oublié qu’il est parcouru de contradictions car il est le dépositaire des conflits immémoriaux de son ascendance multiple. Afin de transmuter ses dissociations intérieures, l’être humain fut placé sous le Voile de l’Oubli. Son âme est séparée de son essence divine. Il a oublié d’où il vient et ce qu’il est venu accomplir dans ses incarnations.

La réactivation des mémoires de ses origines se traduit alors par des transformations énergétiques et éthériques majeures.

Chaque humain porte en lui le potentiel de la lignée elfique primordiale.

Les Elfes apportèrent à l’homme le pouvoir de dissoudre la matrice de son existence quotidienne. Celui-ci peut se libérer de l’Illusion des choses qui sont présentées à son intellect et à ses cinq sens physiques.

Face au Vide intérieur induit par les forces noires souhaitant maintenir l’homme dans l’ignorance de sa véritable nature, l’Arbre de Vie est le Pilier intérieur pour libérer l’homme de son asservissement. Le Dragon intérieur est lui la force rédemptrice qui s’enroule autour de cet Arbre de vie, émergeant des profondeurs de l’homme, unissant ses polarités et s’élevant pour ramener l’homme en Dieu. Le potentiel elfique est codé dans la structure cristalline du génome humain.

Le potentiel elfique est la Sève de l’Arbre de Vie intérieur.

Elle est la sève nourricière qui permet à l’homme de déployer son potentiel d’éveil.

4. Un pétale pour l’Essence elfique

La descente sur le monde terrestre de consciences elfiques est antérieure à l’incarnation dans la chair des premières âmes humaines. À l’image de la sève en chaque Arbre de Vie, elles léguèrent en chaque être humain le fluide de ce potentiel d’éveil issu de leur lignée elfique.

L’Elfe n’est un pas un élémental ou un esprit de la nature, conscience du règne végétal. L’Elfe est un être divin accédant directement aux plus hautes dimensions vibratoires de la création.

Si le monde élémental est entre la Terre-Mère et le monde humain, le monde elfique est entre celui de l’homme et le Ciel.

L’Elfe est au-delà des conflits non résolus auxquels sont soumis les âmes humaines.

Cependant, des âmes d’Elfes entreprirent de se manifester dans la matière aux côtés de l’homme. Certains Elfes s’unirent avec l’homme. Leur descendance hérita alors de l’Essence elfique. Si les traits physiques humain l’emportèrent souvent sur ceux issus du lignage elfique, le Corps de Lumière pleinement constitué des Elfes l’emporta dans la forme subtile de la descendance.

L’être humain imprégné de son essence elfique se détache en conscience de la civilisation matérialiste pour vibrer à la fréquence du monde elfique, au-dessus des schémas de pensées de l’homme pour se mettre en contact avec le Ciel.

5. Un pétale pour le Corps de Lumière elfique

Le Corps de Lumière elfique peut alors se manifester sur celui ou celle dépositaire de l’essence elfique. Les êtres humains portant une essence elfique réactivent leur forme énergétique elfique. Plus elle s’active, plus elle dissout les oripeaux des limitations inscrites dans le corps physique humain. En reprenant conscience de son identité divine et de sa forme elfique, l’être incarné accélère l’ancrage de la Lumière divine, celle issue de la Source. Il dissout le maillage des Ténèbres qui enserrent la vie à la surface de la Terre, tout en cheminant sur la voie du retour au Ciel.

La forme du Corps de Lumière de chaque être humain est révélatrice de l’une de ses ascendances stellaires. La mise au diapason du Corps de Lumière et du corps physique est une étape de la réintégration de ses aspects multidimensionnels. Le Corps de Lumière se constitue par la transmutation du corps physique en absorbant la Lumière véritable qui traverse le Voile de Séparation. Les champs énergétiques de l’être humain s’alignent ainsi sur les fréquences et les octaves les plus élevées de la Lumière.

6. Un pétale pour le Vaisseau elfique

La conscience incarnée de chaque humain est une extension de son Âme. Celle-ci est prisonnière de la conduite des âmes sous le Voile de l’Oubli et soumise à la dualité du bien et du mal. À chaque fois que cette extension d’âme se voit relâchée par la mort physique du corps d’incarnation, elle s’accroche à ce qu’elle a quitté pour se réincarner. Piégé par l’Illusion de n’avoir d’autre issue, l’Âme reste coupée de son Esprit directeur. L’Âme est le tampon entre le Corps (corps physique et corps subtils) et l’Esprit.

L’Âme porte les mémoires karmiques, les personnalités endossées, les blessures non guéries et les choix de vie.

Si l’Âme est le véhicule pour venir vivre des expériences dans ce monde, l’Esprit est atemporel et immortel. L’Esprit est au-delà des déséquilibres et de la rébellion à Dieu. L’Esprit est Vérité divine et Unicité avec toute la création.

Le Corps de Lumière une fois constitué, qu’il soit d’essence elfique ou autre, devient un Vaisseau éthérique de Lumière.

Libérée des amarres de son cycle involutif et répétitif, l’Âme peut enfin se tourner vers l’Esprit.

C’est un autre don génétique qui offre à l’être humain la possibilité de voir l’Esprit descendre vibratoirement pour l’oindre. L’onction est une grâce permise par notre héritage cette fois-ci reptilien, celui du peuple du Serpent.

Pour comprendre l’onction en tant qu’activation par l’Esprit d’un potentiel génétique :
[irp posts="3042" name="Le Roi caché"]

7. Un pétale pour l’Elfe errant

Toute âme elfique ayant choisi de se manifester dans la matière aux côtés de l’homme se retrouva exilée sur Terre lorsque la Séparation s'instaura. Par une froide mise en abîme, chacune se vit incapable de retrouver son Esprit divin, celui-là même qui lui redonnerait sa véritable nature, celle d’une Conscience elfique immortelle.

Ces âmes furent à l’origine du mythe de l’Elfe vagabond et errant. À la recherche de leur Royaume perdu, ces âmes portèrent elles aussi la blessure de la Chute. Soumis à la Séparation au divin et à l’involution, ces Elfes engendrèrent plusieurs races elfiques, le folklore humain murmurant les noms d'elfes des bois ou encore d'elfes de l’air.

Aujourd'hui, ces Elfes de la Terre tendent la main à chaque être humain.

L'Alliance entre les hommes et les Elfes doit être reforgée.

Les Elfes sont prêts à accompagner chacun afin d'effectuer un saut de conscience pour s’extraire du monde de l’homme, par nature chaotique, et se placer dans le monde de la conscience elfique terrestre. C’est un plan de conscience préparatoire à l'éthérisation de notre monde, à la reconnexion et à l'unification avec la Source divine. Ce plan vibratoire est libre de tout conditionnement et de toute limitation de l’être divin. L’égo, aspect inférieur de l’humain, se voit réduit à sa fonction d’ancrage, abandonnant toute velléité de commandement.

Lire les pétales 8 à 11

Auteur

  • Samuel

Source