On me demande de parler sur ces paroles, tout est illusion, tout est accompli.

Il est vrai pour le commun des mortels, cela reste un mystère, mais pour ceux qui ont la connaissance cela n’est que simplicité, vérité. Nous savons tous qu’il y a cette force divine, qui permet à la vie d’être, peu importe le nom qu’on lui donne, cela n’a aucune importance, par contre cette force ou cette source est à l’origine de tout. Celle-ci n’est pas assujettie au temps, ni à l’espace et dimensions, en fait elle les traverse tous, sa présence est en toute chose. Nous croyons vivre dans un univers réel, dans une certaine mesure, cela est une vérité, nous pouvons ressentir la réalité dans laquelle nous prenons forme. En fait nous sommes assujettis au temps, à l’espace et dimensions, quelle qu’en soit la manifestation de la vie. Quelle que soit la réalité, celle-ci fait face au temps, à l’espace et dimension, rien n’est stable, tout change et évolue dans ce concept où la vie prend forme.

Dans ce concept de création, en tant que vie prenant forme, nous avons une conscience, un esprit, un mental, une âme, une forme adaptée à une réalité quelconque, tout en ayant des corps subtils. Ce qui nous permet d’être dans le temps, l’espace et dimension, selon une forme quelconque, permettant de renaître et poursuivre une évolution, toujours dans un but précis, avoir la connaissance. Dans ce monde, la grande majorité s’identifie à des religions, à des conditionnements, à des croyances, à des concepts, à des archétypes ou d’autres éléments. Est-ce que cela est suffisant pour connaître la connaissance, notre véritable nature divine ? Tant que l’être en dans l’enfermement, il est prisonnier, tel un labyrinthe, ayant qu’une sortie. Peu importe ce que nous vivons en tant que conscience, qu’esprit, âme, analyser par le mental et par tous nos corps subtils, tout n’est qu’illusion, rien n’est stable dans ce que nous appelons la création. La seule chose qui est inaltérable, se trouve être au-dessus de tout concept, de tout conditionnement, de toute manifestation, de toute expérimentation, c’est cette présence éternelle, cette force créatrice qui n’est pas assujettie à rien et qui traverse tout. Ce qui permet à la vie de pouvoir expérimenter la création, quel qu’en soit l’endroit de sa manifestation.

La grande majorité des êtres humains se contentent de vivre selon leurs croyances, conditionnés à des règles de conduite, à des conditionnements. Se contentant de vivre dans l’illusion de dualité et de séparation, à vivre des émotions selon ce qu’ils comprennent de leur réalité présente, faisant référence à leurs ressentis. Est-ce que la vie s’arrête à des conditionnements, à des règles, à des lois pour que cela profite à qui ? Devons-nous rester dans cet enfermement, à vivre l’illusion de dualité et de séparation en permanence ? Non, cela a assez duré, le temps de l’enfermement, de l’ignorance et des conditionnements qui ne font qu’alimenter la dualité, la séparation. Libre à chacun de rester dans les croyances, dans les peurs, dans les conditionnements et identifications de toutes sortes. Ou bien de sortir de cet enfermement, de s’en défaire, de cet aveuglement, qui ne fait qu’alimenter la dualité, à qui cela profite, à personne, tous sont perdants, à vivre dans des limitations. De toute façon, tout le monde est perdant, aucun gagnant car tous vivent cet enfermement, qui alimente l’illusion de dualité et de séparation. Bon nombre d’êtres humains s’ouvrent à autre chose que l’enfermement, s’ouvrent à l’amour inconditionnel, un amour qui n’est point dans l’attente de qui ou de quoi que ce soit. Ces êtres prennent de plus en plus conscience de se libérer de tout conditionnement, de toute identification, de toute dualité et de toute séparation, en sortant des croyances, des religions, des archétypes, de tout ce qui entrave leur état d’être et de liberté, basé uniquement sur l’amour en présence.

Ces mêmes gens, comprennent que pour sortir de cet enfermement, il n’y a qu’un seul chemin et c’est par l’amour, libre de conscience, libre de tout concept, un amour qui ne fait aucune référence à l’âme, à l’esprit, au mental, ni à la forme et aux autres corps subtils. La seule référence est l’amour en présence, à cette force créatrice, présence éternelle qui est au-delà de tout et qui est à la fois en tout, la source originelle. Quelle qu’en soit la vie, celle-ci est animé par cette présence éternelle, nous en sommes tous issus. Le temps, l’espace et dimensions, ne sont que la matrice, dans laquelle la vie peut s’émanciper, émerger, renaître, apprendre et évoluer, en tant que conscience, esprit, âme, mental, forme et autres. Qui sommes-nous en réalité ? La conscience et tous ces attributs ou bien cette présence éternelle qui est à l’origine de tout ce qui est. N’est-ce pas notre propre limitation qui nous empêche de voir ce qui nous colle au bout du nez ? Cela est tellement évident qu’on ne peut le voir par aveuglement de cet enfermement, de cette illusion de dualité et de séparation. Seul le vrai amour libère de tous ces concepts, de toutes limitations pour nous faire voir ce qui nous pend au bout du nez et que seul un être dans son aveuglement ne peut le concevoir, victime de son ignorance, de ce qu’il croit et pense être.

Rends-toi compte que l’enfermement est ta demeure, ta raison d’être, qu’en fait la grande majorité ne veule pas être réveillée, se contentant de vivre dans l’illusion de dualité et de séparation, en glorifiant l’ego. Ce message n’a qu’un but, celui de sortir de cet enfermement, de l’illusion de dualité et de séparation, afin de faire voir que la réalité est tout autre, que nous ne sommes pas ce que nous pensons, mais bien cette présence éternelle qui n’est pas assujettie au temps, ni à l’espace, ni aux dimensions, ni à aucun concept, archétype ou autres. Ni à la conscience, ni à tous les autres attributs, c’est ce qui anime toute vie, l’essence de l’amour, là où du dernier jusqu’au premier prennent naissance.

Quelle que soit la création, cela est du domaine de l’éphémère, du rêve, de l’illusion car rien n’est stable dans le temps, l’espace et dimensions, c’est pour cela que tout est illusion. Peu importe ce que nous vivons en tant qu’expérimentation, tout est éphémère, une illusion. Comme je le dis, la seule chose qui est vraie est l’amour, cette présence éternelle, là où tout est accompli du dernier jusqu’au premier. Je ne te demande pas de me croire, je te demande de le vivre, de sortir de la conscience limitée, de ne plus être dans aucun concept de quoi ou de qui que ce soit. Juste de vivre cet instant en tant que présence éternelle, en tant qu’amour en présence, à tout aimer d’un même amour, à tout consumer par amour, ne plus donner aucune importance à l’illusion de dualité et de séparation. Rien que part la présence à tout traverser, le temps, l’espace, dimensions dans la lumière de l’amour, à vivre ce détachement, à déployer ses ailes pour vivre ce grand amour. C’est en vivant cet amour incommensurable que le reste devient caduque, inadéquat, illusion. Tant que cela n’est pas vécu, cela reste que des mots, il n’en tient à chacun d’en faire l’expérience pour se rendre compte qu’il est sous l’emprise de cet enfermement et non en train de vivre la plus grande liberté qui soit, l’amour en présence.

Quoi qu’il en soit, le temps est venu de vivre autre chose, la dissolution est en cours, nous récoltons ce que nous semons. L’éphémère ne sera plus, cet enfermement, l’illusion de dualité et de séparation, seule la présence éternelle subsistera, tout sera consumé par l’amour, par le feu sacré. Qu’est-ce qui va rester de nous ? Comme tout est illusion, ce qui subsistera n’est rien d’autre que notre vraie nature divine en cette présence éternelle, là où tout est accompli du dernier jusqu’au premier. Qui veut dire toutes les consciences et ses attributs qui se sont manifestées dans le rêve, dans l’éphémère.

Auteur

Régis Raphaël Violette

Publié par Juste (Profil & Articles associés)