Chaque enfant mérite le droit fondamental de se sentir en sécurité et protégé.

Mais tous les enfants ne l’ont pas.

En grandissant, il incombe à nos parents et aux membres de notre famille de créer un environnement sûr pour nous. Mais tous les parents n’acceptent pas cette responsabilité, ne sont pas conscients de cette responsabilité ou n’ont pas la capacité de s’en acquitter.

La sécurité ne signifie pas seulement nous protéger physiquement du mal, de nous nourrir ou de protéger les autres éléments essentiels. La sécurité signifie également nous soutenir sur les plans émotionnel, psychologique et spirituel qui nous sont inhérents en tant qu’êtres humains.

Que se passe-t-il lorsque nous ne nous sentons pas en sécurité comme enfants? Que se passe-t-il lorsque ce sentiment de mise en danger est constant et durable? La réponse est qu’une énorme plaie béante apparaît dans la psyché. Cette plaie douloureuse est souvent réprimée inconsciemment par les adultes… mais ses impacts sont profonds.

Le but de cet article est de vous aider à entrer dans un espace de réflexion. Si vous souhaitez travailler avec votre enfant intérieur, je souhaite que vous réfléchissiez à votre propre enfance, au calendrier de vos premières années et à ce que vous avez ressenti en tant qu’enfant. Vous êtes-vous senti en sécurité? Avez-vous ressenti un sentiment d’appartenance dans votre famille? Étiez-vous autorisé à être vous? Quelle est votre relation actuelle avec votre enfant intérieur? Toutes ces questions sont extrêmement importantes à poser, et si vous ne les avez pas encore posées, j’espère que vous pourrez le faire.

Pourquoi suis-je si insistant pour que vous posiez ces questions et exploriez ce sujet? La raison en est que le travail sur l’enfant intérieur est l’une des formes de travail intérieur les plus primordiales et les plus profondes que vous puissiez faire. Une grande partie de notre comportement, de nos aversions et de nos névroses du présent peut être résolue en explorant et en communiquant avec l’enfant intérieur.

Se sentir en sécurité – Qu’est-ce que cela signifie?

La sécurité n’est pas seulement physique, elle est aussi émotionnelle, psychologique et spirituelle. Lorsque nous nous sentons vraiment en sécurité au sein de notre environnement familial, nos frontières physiques et émotionnelles sont respectées, notre identité authentique acceptée, et nous nous sentons proches et aimés par les membres de notre famille (notamment nos parents). Nous devons également nous autoriser à grandir et à changer et à satisfaire tous nos besoins physiques fondamentaux (nourriture, eau, sécurité du domicile ou du quartier).

10 façons de nous sentir mal à l’aise pendant notre enfance

La réalité est que la vie n’est pas idéale. Les familles dans lesquelles nous sommes nés ne sont pas toujours en adéquation avec nous.

En grandissant, nous nous sommes peut-être sentis menacés de différentes manières. Avant de poursuivre, je tiens à préciser que je ne blâme aucunement nos parents ou nos gardiens ici. Il est important de se rappeler que nos parents ont fait de leur mieux avec le niveau d’information, d’éducation et de maturité émotionnelle / mentale dont ils disposaient. Le blâme et le ressentiment ne font qu’intensifier la douleur que peut ressentir votre enfant intérieur. Soyez donc conscient et connaissez vos limites quand il s’agit de faire ce travail.

Voici quelques-unes des façons les plus courantes de nous sentir mal à l’aise. À combien pouvez-vous vous y associer?

– On vous a appris que ce n’est pas bien d’avoir ses propres opinions.
– Vous avez été puni en essayant de parler ou d’agir différemment.
– Vous étiez découragé de jouer ou de vous amuser.
– Vous n’étiez pas autorisé à être spontané.
– Vous n’avez pas été autorisé à montrer des émotions fortes telles que la colère ou la joie.
– Vos parents ou les membres de votre famille vous ont fait honte.
– Vous avez été régulièrement critiqué / abusé verbalement.
– Vous avez été puni physiquement, par exemple frappé, battu.
– Vous vous êtes senti responsable de vos parents et de leur niveau de bonheur.
– On ne vous a pas donné d’affection physique, par exemple câlins, bisous, câlins.

Cette liste n’est nullement exhaustive. Donc, si vous pensez que j’ai omis quelque chose, partagez-le, s’il vous plaît.

25 signes que vous avez un enfant intérieur blessé

Portez une attention particulière à ces signes. Ils vous aideront à comprendre dans quelle mesure votre enfant intérieur a été blessé et à quel point vous ne vous sentez pas en sécurité dans ce monde. Plus vous dites «oui», plus vous devez envisager sérieusement le travail sur l’enfant intérieur:

– Au plus profond de moi, j’ai le sentiment que quelque chose ne va pas chez moi.
– J’éprouve de l’anxiété chaque fois que j’envisage de faire quelque chose de nouveau.
– Je veux toujours faire plaisir aux gens et manque généralement d’une identité forte.
– Je suis un rebelle. Je me sens plus vivant quand je suis en conflit avec les autres.
– J’ai tendance à amasser et à avoir du mal à lacher-prise.
– Je me sens coupable de me défendre.
– Je me sens inadéquat en tant qu’homme ou femme.
– Je suis déterminé à toujours être un super-performant.
– Je me considère comme un terrible pécheur et j’ai peur d’aller en enfer.
– Je me reproche constamment d’être insuffisant.
– Je suis rigide et perfectionniste.
– J’ai du mal à démarrer ou à finir des choses.
– J’ai honte d’exprimer des émotions fortes telles que la tristesse ou la colère.
– Je me fâche rarement, mais quand je le fais, je deviens furieux.
– Je fais l’amour quand je ne veux pas vraiment.
– J’ai honte de mes fonctions corporelles.
– Je passe trop de temps à regarder la pornographie.
– Je me méfie de tout le monde, y compris moi-même.
– Je suis un toxicomane ou ai été accro à quelque chose.
– J’évite les conflits à tout prix.
– J’ai peur des gens et j’ai tendance à les éviter.
– Je me sens plus responsable des autres que de moi-même.
– Je ne me suis jamais senti proche de l’un ou l’autre de mes parents.
– Ma peur la plus profonde est d’être abandonné et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour maintenir une relation.
– J’ai du mal à dire «non».

Si vous avez répondu oui à au moins dix de ces affirmations, travailler avec votre enfant intérieur devrait figurer en haut de votre liste de priorités. Si vous avez répondu oui à au moins cinq de ces affirmations, vous devriez sérieusement envisager de vous reconnecter avec votre enfant intérieur.

Se sentir en sécurité: comment soutenir son enfant intérieur

Tenez la main de l’enfant qui vit dans votre âme. Pour cet enfant, rien n’est impossible. – Paulo Coelho

Nous avons tous un enfant intérieur. À quand remonte la dernière fois que vous avez parlé ou vous vous êtes connecté avec le vôtre? À quelle fréquence prenez-vous le temps de syntoniser et d’écouter vos besoins? Faites-vous régulièrement de la place pour jouer et profiter de la vie?

En tant qu’êtres humains, nous ne sommes pas des créatures linéaires ou bidimensionnelles. Nous sommes tous à facettes multiples et nous avons plusieurs moi. Pensez-y un instant: le «vous» qui lit actuellement cet article est très différent du «vous» plaisantant avec des collègues, n’est-ce pas? Le «vous» au milieu de la nuit est très différent du «vous» allant au cinéma avec votre partenaire ou un ami. Le «vous» qui parle à vos parents est très différent du «vous» qui parle à votre patron.

Votre enfant intérieur est une partie essentielle du patchwork complexe qui constitue votre identité. Lorsque vous ignorez ou niez votre enfant intérieur, il est condamné à dépérir dans les profondeurs obscures de votre esprit inconscient.

Il y a parfois tellement de souffrance à faire face au travail sur l’enfant intérieur. Mais il y a aussi beaucoup de joie et de vitalité à l’expérimenter. L’un des aspects les plus passionnants et les plus miraculeux du travail sur l’enfant intérieur réside dans l’apparition de dons et d’aptitudes souvent cachés avec lesquels nous avons depuis longtemps perdu le contact. Non seulement cela, mais beaucoup de nos relations s’améliorent, nos addictions / habitudes diminuent ou disparaissent et notre relation avec nous-mêmes se renforce. L’amour de soi et l’acceptation sont enfin possibles. Je ne dis pas que vous allez bénéficier de tous ces avantages immédiatement, mais vous allez certainement faire l’expérience de quelque chose de bénéfique tant que vous serez motivé!

De plus, je tiens à dire ici que ces exercices ne sont pas destinés à remplacer une thérapie, des programmes ou des groupes destinés aux enfants maltraités ou aux enfants abusés. Si vous avez subi des abus sexuels sur des enfants, des abus émotionnels graves ou une maladie mentale, il est essentiel de rechercher une aide professionnelle. Cet article est uniquement destiné à être un supplément. Enfin, si vous ressentez des émotions étranges ou accablantes en suivant les conseils ci-dessous, arrêtez-vous immédiatement. Demander l’aide d’un conseiller professionnel avant de procéder.

Rappelez-vous que tout prend du temps. Les pratiques ci-dessous ne sont pas des solutions rapides. Ce ne sont pas des baguettes magiques qui vont immédiatement tout améliorer. Mais ils vous fourniront les outils de base dont vous avez besoin pour vous sentir en sécurité et protégé à un niveau de base. J’espère sincèrement que vous trouverez ci-dessous quelque chose qui nourrira votre relation avec votre enfant intérieur:

1. Réfléchissez à la chronologie de votre enfance

Vous voudrez peut-être avoir un morceau de papier ou un document sur votre ordinateur et diviser votre enfance en plusieurs étapes: (0-9 mois), (9 mois à 3 ans), (3-6 ans) et (6 ans à la puberté).

À chaque étape, efforcez-vous de vous rappeler comment vous vous êtes senti, comment était la vie et comment vous vous êtes senti en sécurité, soutenu et accepté. Gardez à l’esprit que le sentiment de sécurité n’était pas toujours lié à l’environnement familial. Souvent, l’école ou d’autres environnements dans lesquels nous avons passé beaucoup de temps ont façonné notre enfant intérieur. Notez tous vos souvenirs ou sensations physiques, même s’ils se sentent fragmentés. Notez les tonalités de la voix, les expressions et les mots que vos parents ou vos enseignants utilisent lors de vos échanges. Même si un souvenir semble idiot ou une réaction dont vous vous rappelez avoir eu semble excessif, veuillez l’écrire. En tant qu’adulte, il est important d’honorer ce que votre enfant intérieur a véritablement vécu, même si cela semble ridicule ou exagéré à l’âge adulte.

Plus vous avez d’informations et de matériel chargé d’émotions sur une tranche d’âge particulière, plus vous devez vous concentrer sur la connexion avec ce stade particulier. Je vais partager avec vous comment ci-dessous.

2. Écrivez une lettre à votre enfant intérieur

Imaginez que vous soyez un sage, doux et aimant ou une fée marraine. Imaginez que vous voulez adopter votre enfant intérieur. Pendant que vous écrivez la lettre, dites à votre enfant intérieur à quel point vous l’aimez et souhaitez passer du temps avec lui. Écrivez de manière à vous sentir en sécurité, attentionné et compris. Voici un exemple d’une lettre que j’ai écrite à mon enfant intérieur:

« Chère Petite Ale,

Je suis si heureuse que tu sois née. Je suis ici pour te protéger, t’aimer et prendre soin de toi. Je veux t’aider à te sentir aimé et accepté pour qui tu es. Je veux te montrer que c’est sûr d’être entendu, de sentir et d’être vu. Je veux que tu sentes que tu auras toujours une maison avec moi, peu importe quoi. Je veux t’aider et te guider à chaque étape. Je t’aime tellement.

Amour, fée marraine Aletheia« 

Si vous vous sentez émotif pendant ce processus, ça va. Laissez-vous pleurer et soyez fier de votre courage pour exprimer ce que vous ressentez vraiment.

3. Écrivez une lettre de votre enfant intérieur

En utilisant votre main non dominante (afin de contourner votre côté logique du cerveau), écrivez vous-même une lettre du point de vue de votre enfant intérieur. Par exemple, si vous êtes généralement droitier, utilisez votre main gauche pour écrire. L’utilisation de votre main non dominante vous aidera à mieux comprendre les sentiments de votre enfant intérieur. Voici mon propre exemple de mon enfant intérieur qui me parle:

« Chère marraine,

Je veux trouver ma maison. S’il te plaît, protège-moi. Je ne veux plus me sentir seul.

Amour, petite Ale« 

Vous pouvez écrire entre votre sage/ votre fée marraine et votre petit moi. Créer cette conversation révèle souvent beaucoup d’émotions surprenantes et enfouies, ainsi que de nouvelles informations.

4. Partager avec une personne de confiance

Il est important que la douleur que vous avez ressentie dans votre enfance soit validée et entendue par quelqu’un. Que vous recherchiez un ami attentionné, un groupe de soutien ou un thérapeute de confiance, comprenez que le partage de vos sentiments est essentiel pour tout travail en interne. Bien sûr, vous pouvez le faire seul. Et vous pouvez faire beaucoup de travail en profondeur seul en général. Mais pour faire l’expérience d’une «percée» ou même simplement pour guérir profondément, le partage est important. Nous sommes des créatures sociales qui ont besoin que d’autres nous réservent de l’espace. Votre douleur doit être validée avec amour. Si la personne avec laquelle vous partagez le travail de votre enfant intérieur pose des questions, discute ou tente de vous conseiller, vous n’obtenez pas ce dont vous avez besoin!

Ici, il est vital pour moi de souligner la nécessité de rechercher un réel soutien bienveillant et enrichissant. Si vous n’avez pas d’amis suffisamment mûrs ou capables de le faire, veuillez envisager de trouver un thérapeute ou un conseiller spirituel. Il existe de nombreuses options abordables sur le marché. Investir dans votre bien-être et votre santé mentale en vaut la peine. Il existe également de nombreux professionnels qui se spécialisent dans le travail de l’enfant intérieur ou qui organisent des ateliers. John Bradshaw, conseiller et écrivain écrit: «Je pense que le travail en groupe est la forme de thérapie la plus puissante» en parlant du travail sur l’enfant intérieur . Mais une chose: s’il vous plaît ne partagez pas avec les membres de votre famille, même s’ils se soucient. Les membres de la famille qui n’ont pas fait leur propre travail intérieur sont beaucoup moins capables de traiter avec le vôtre. La défensive, la colère, le fait de pointer du doigt et le chagrin peuvent vous amener à partager vos sentiments avec les membres de votre famille. Ne le faites pas.

Le partage nécessite un courage et une force intérieure énormes. C’est normal et bon d’avoir peur! Ressentez la peur et, si vous vous sentez prêt, partagez quand même.

5. Affirmations d’amour et de soutien

Les affirmations d’amour sont un moyen puissant d’affirmer votre dignité et de vous aider à vous sentir en sécurité. Lorsqu’elles sont répétées de manière cohérente, les affirmations ont le moyen de recâbler le cerveau et de défricher des couches de programmation inconscientes. La répétition de tels messages peut entraîner des changements profonds et une guérison à un niveau primordial.

Voici quelques affirmations d’amour et de soutien que vous pouvez vous dire tout au long de la journée et pendant la méditation:

– Je vais rester ici et te soutenir.
– Bienvenue dans le monde, j’attendais de te prendre dans mes bras.
– Je t’aime juste comme tu es.
– Je suis si heureux que tu sois ici.
– Je veux prendre soin de toi.
– Je veux passer du temps avec toi.
– Je veux entendre tes pensées et tes sentiments.
– C’est bien de se sentir triste et effrayé.
– C’est bien d’être soi-même.
– Tu êtes autorisé à dire non.
– Tu es si spécial pour moi.
– Tu as tellement à offrir au monde.
– Je crois en toi.
– Je vais te protéger

Vous pouvez dire ces affirmations autant de fois que nécessaire, chaque fois que cela est nécessaire pendant la journée. Vous pourriez même aimer utiliser une voix spéciale lorsque vous dites ces affirmations, comme la voix d’un vieil homme sage ou d’une mère aimante.

Aussi, n’hésitez pas à créer vos propres affirmations amoureuses! La liste ci-dessus vous aidera à démarrer, mais les affirmations les plus puissantes proviennent souvent de vos besoins les plus profonds.

6. Faites une visualisation / méditation de l’enfant intérieur

Vous devrez consacrer environ une demi-heure ou plus à cet exercice. Trouvez un espace calme et confortable et asseyez-vous ou allongez-vous.

Imaginez que vous êtes sur le point de rencontrer votre enfant intérieur. Vous sortez dans votre jardin et il / elle joue dans un bac à sable. Quel âge a-t-il / elle? Vous marchez vers votre enfant intérieur et vous vous asseyez. «Bonjour», pourriez-vous dire, en vous présentant. Vous regardez dans les yeux de votre enfant intérieur. Que ressent-il / elle envers vous? Curiosité? Inquiétude? La timidité? Scepticisme? Excitation? Respectez votre enfant intérieur et ses limites. S’il souhaite vous embrasser ou vous serrer la main, laissez cela arriver. Sinon, c’est bon. Votre enfant intérieur peut simplement avoir besoin de se réchauffer. Vous voudrez peut-être ensuite demander: «De quoi as-tu le plus besoin?» Si vous communiquez avec votre enfant intérieur tout au long de cette visualisation, la réponse peut apparaître comme un sentiment viscéral, par opposition à une communication avec votre personnage d’âge scolaire qui pourrait répondre verbalement.

Si votre enfant intérieur vous dit de quoi il a besoin, offrez-lui un espace sûr. Laissez-le se sentir entendu, vu, compri et aimé par vous. Vous voudrez peut-être partager avec lui tout ce que vous aimez, et souhaiter qu’il soit soignés. Si votre enfant intérieur souhaite être bercé, serré dans vos bras ou tenu dans vos bras, profitez-en. Une fois que vous sentez que votre mission de connexion avec votre enfant intérieur est terminée, vous pouvez vous imaginer rentrer chez vous. Concentrez-vous sur votre respiration, étirez votre corps et ouvrez les yeux.

Je recommande la journalisation de l’expérience. La journalisation est un outil formidable pour l’auto-réflexion, l’approfondissement de la compréhension de soi, et sert également à documenter vos progrès. Alors, prenez quelques minutes pour le faire!

7. Soyez votre propre protecteur et nourricier

En tant qu’adultes, il est important que nous prenions la responsabilité de notre bien-être émotionnel. Se sentir en sécurité dans ce monde est extrêmement important et essentiel pour que notre enfant intérieur puisse s’épanouir. Les signes que vous vous sentez en danger dans ce monde peuvent inclure:

– Anxiété constante autour des autres
– Tendance à s’inquiéter excessivement
– Incapacité de faire confiance aux autres
– Incapacité de se faire confiance et d’avoir confiance en ses capacités
– Avoir peur de faire les choses tout seul
– Critique sévère de soi-même
– Peur d’essayer de nouvelles choses ou d’aller dans de nouveaux endroits
– Assumer le pire dans chaque situation

L’autocritique constante, l’ignorance de vos besoins, le fait de toujours placer les autres au-dessus de vous et de vous rendre acceptable pour les autres vous maintiennent dans un état de peur insécurisant.

Pour être votre propre protecteur et nourricier, vous devez créer une «approche» claire sur ce qui est et n’est pas acceptable. Concentrez-vous sur la promotion de l’amour de soi et de l’acceptation chaque jour. Écoutez les besoins de votre esprit, de votre cœur, de votre corps et de votre âme. Pratiquez l’auto-soin. Prenez du temps pour vous-même. Mangez des aliments qui vous nourrissent. Dites non et tracez des limites claires. Reprends ta souveraineté sur ta vie. Explorez des pratiques qui favorisent le sentiment de sécurité. Si besoin est, vous pouvez même partir à la recherche d’un ange gardien ou d’un autre guide spirituel qui pourra vous aider à vous soutenir et à vous nourrir. Aletheia Luna

Publié par Gizmo (Profil & Articles associés)