Pour un pays qui fabrique des armes, évidemment rien n’est plus avantageux que de les exporter. Et c’est ainsi qu’on arrive à vendre tout un matériel de plus en plus meurtrier à des peuples qui, par leurs luttes continuelles, risquent de compromettre la paix et la sécurité de toute la planète.

Certains savent tout juste lire et écrire, mais ça ne fait rien, on leur livre les armes les plus perfectionnées et on leur envoie des experts pour leur montrer comment s’en servir. D’un côté, on gagne beaucoup d’argent ; mais de l’autre, on paiera très cher ces bénéfices.

Que de dépenses pour mettre un terme à ces conflits qui éclatent partout dans le monde !
Il faut donc comprendre aussi l’économie comme la science de la prévision. Être un bon économiste, c’est ne pas se contenter de solutions qui sont peut-être avantageuses sur le moment, mais après ?… Et le jour où l’on s’aperçoit qu’on s’est engagé dans une voie dangereuse, il est très difficile de revenir en arrière.

Omraam Mikhaël Aïvanhov