Ce risque est perçu par l’opinion publique de manière parfois anxieuse et disproportionnée malgré l’existence, souvent méconnue, de la radioactivité naturelle et la banalisation de l’emploi des rayonnements ionisants dans divers domaines de la vie courante.

Identifié il y a un siècle avec la découverte des rayons X et de la radioactivité, ce risque est aujourd’hui pris en compte dans l’évaluation de la menace, surtout dans le contexte géopolitique succédant aux événements du 11 septembre 2001. La radioactivité, l’énergie nucléaire, et les générateurs électriques sont à l’origine de différents rayonnements ionisants.

La radioactivité, propriété qu’ont certains atomes instables de se désintégrer, se caractérise par la période radioactive et par l’émission de rayonnements ionisants (alpha, bêta, gamma, X, et neutrons) spécifiques de chaque radionucléide. L’énergie nucléaire fait appel à la fission qui est à l’origine de rayonnements neutroniques et de produits de fission radioactifs. Les générateurs électriques, tubes à rayons X et accélérateurs, se caractérisent par l’absence de source radioactive : ils n’émettent des rayonnements ionisants que lors de leur fonctionnement.

La caractérisation d’une source radioactive s’appuie sur sa période (temps nécessaire pour que l’activité soit divisée par deux, sur le type et l’énergie des rayonnements, et l’activité de la source, exprimée en becquerels (1 Bq = 1 désintégration par seconde). L’effet de l’exposition est mesuré par la dose absorbée, dose physique exprimée en gray (1 Gy = 1 joule par kg) ou la dose équivalente, tenant compte de la toxicité du rayonnement, exprimée en sievert (Sv).

Les modes d’exposition aux rayonnements sont l’exposition externe à distance (irradiation – source à distance du sujet), l’exposition externe au contact (contamination externe – radionucléide déposé sur la peau) et l’exposition interne (contamination interne – radionucléide incorporé dans l’organisme).

Les effets biologiques des rayonnements ionisants comprennent des effets déterministes (obligatoires) et des effets stochastiques (aléatoires).

Les effets déterministes (brûlures radiologiques, syndrome d’irradiation globale aiguë, etc.) apparaissent au-delà d’un certain seuil, pour des doses élevées de rayonnements qu’on ne rencontre qu’en situation accidentelle. Leur diagnostic est difficile en cas d’incident ou d’accident radiologique méconnu et peut être porté avec retard.

Les effets stochastiques, selon le principe de précaution, sont considérés comme pouvant apparaître même pour des doses très modestes. Les cancers radio-induits n’ont aucune spécificité et ne peuvent être mis en évidence que par l’épidémiologie. Aucune étude n’a pu mettre en évidence un quelconque effet génétique chez l’homme.

Le risque radiologique et nucléaire résulte d’activités humaines normales, d’accidents ou d’actes de malveillance. Les accidents, de nature et de gravité très variables, sont peu nombreux. La malveillance radiologique est sans exemple à ce jour mais elle représente une éventualité que l’on ne peut plus écarter.

En cas d’accident, le mode d’exposition, l’importance de la source et les types de rayonnements en cause doivent être déterminés car ce sont les paramètres qui conditionnent le risque, aussi bien pour les victimes que pour les intervenants.

(Extraits du chapitre traitant les « risques nucléaire et radiologique » de l’ouvrage « Les risques NRBC-E, savoir pour agir » (2° édition) sous la direction de J.D. Cavallo, C. Fuilla, F. Dorandeu, P. Laroche, D. Vidal.)

A lire également : JAPON – Le choc et la peur

Risques nucléaire et radiologique

1. Les rayonnements ionisants

1.1. La radioactivité

1.2. Les générateurs électriques de rayonnements ionisants

1.3. Comparaison du risque entre sources radioactives et générateurs électriques

2. Les principales sources de rayonnements ionisants

2.1. Les sources radioactives

2.2. Les générateurs électriques de rayonnements ionisants

2.3. Les activités utilisant l’énergie nucléaire

2.3.1. Les réacteurs nucléaires

2.3.2. Les armes nucléaires

3. Caractérisation des sources et unités opérationnelles

3.1. Energie

3.2. Activité

3.3. Période radioactive

3.4. Effets de l’exposition

3.4.1. Effets physiques : dose absorbée et débit de dose

3.4.2. Effets biologiques

4. Modalités d’exposition

4.1. Exposition externe à distance

4.2. Exposition externe au contact

4.3. Contamination interne

4.3.1. Transférabilité des radionucléides

4.3.2. Période effective des radionucléides

4.3.3. Dose engagée

5. Effets biologiques des rayonnements ionisants

5.1. Les effets obligatoires ou déterministes

5.1.1. Expositions aiguës localisées

5.1.2. Expositions globales aiguës

5.2. Les effets aléatoires ou stochastiques

5.2.1. Les effets cancérigènes

5.2.2. Les effets génétiques

6. Typologie et classement des événements

Classement des incidents et accidents nucléaires : l’échelle INES

6.1. Accidents ou malveillance

6.2. Pertes et vols de sources scellées

6.3. Non-respect des règles d’utilisation des sources de rayonnements ionisants

6.4. Dispersion de matière radioactive

6.5. Evénements concernant les réacteurs nucléaires

6.6. Accidents concernant les armes nucléaires

6.6.1. L’accident radiologique

6.6.2. L’accident pyro-radiologique

6.6.3. L’explosion nucléaire

Xmsa