.
.
O cieux ! à combiens de soupirs
Faut-il que mon cœur se prépare,
Si jamais il n’obtient sur un si long tourment
Ni d’éteindre l’amour, ni d’accepter l’amant
Corneille

.
.

.
.

Et ainsi sommes nous confrontés à cet insoluble dilemme du ‘ni avec toi, ni sans toi’.
Dès que l’autre est là, vous éprouvez le désir qu’il n’y soit plus et, dès qu’il n’y est plus, vous éprouvez à l’instant même le souhait qu’il soit là.

Et comme il est difficile de concilier sa vie amoureuse et l’image idéale que vous en avez, trop convaincu que l’amour partagé est un défi impossible à réaliser, ou trop amoureux du désir, non de celui que vous aimez, mais de celui que vous éprouvez pour ne pas être toujours à la recherche d’un bonheur qui disparaît quand on s’en approche.

Une farce de la nature qui nous montre combien nous sommes résolument que des hommes et de ne pas être ensemble le produit d’une capitulation, ni le motif d’une servitude, mais celui d’un équilibre toujours divers et nouveau.
En chaque instant se tenir lieu de tout et compter pour rien le reste.
En la simplicité spontanée d’une retrouvaille qui se mêle et jouit à son aise pourvu qu’elle s’harmonise.

Après on peut brasser la sexualité en tout sens, lui donner le visage de tout ce qu’on veut, en faire une bête humaine…
Cette jolie chose qui mène si on le désire vers l’amour et la connaissance en flux tendus de l’intérieur vers l’extérieur et de l’extérieur vers l’intérieur…RIRE (mais qu’est-ce là, hummmmmmmmm !)

Et justement dans cette possibilité d’extérioriser, (le divin orgasme qui nous fait vibrer nos merveilles abyssales et élève notre âme), dans un juste équilibre tout ce que nos sens nous font intérioriser dans une voix partagée de l’espace immense et fabuleux du soi et de l’autre.

La sexualité est une conquête permanente de l’autre et ne s’envisage pas d’un aspect pulsionnel qui multiplie les conquêtes et les galipettes mais d’un aspect où la maîtrise permet de connaître la paix.
.
.
« Je vais perdant le désir de ce que je cherche, en cherchant ce que je désire »

Porchia Antonio

.
.

.
.

Ds Ya

Articles liés