Je me suis réveillée il y a trois semaines. Je ne veux pas dire que je me suis réveillée le matin, même si je l’ai fait. Je veux dire que je me suis réveillée du rêve de la réalité dans le soi sans rêve.

«Voici ton soi sans rêve, réveille-toi mon enfant, réveille-toi! » J’ai lu ces mots il y a presque trente ans dans le livre intitulé Autobiographie d’un Yogi. J’avais 23 ans et j’étais fascinée par cette histoire d’un homme indien qui avait trouvé l’illumination. Pourtant, jamais, jamais, je n’ai imaginé que la réalisation de soi était un club inclusif. Que moi aussi je pourrait rejoindre les rangs de ses membres.

Mon admission au Club de la Conscience est arrivé inopinément et soudainement, comme tout rebondissement et renversement. J’écoutais depuis deux semaines un enseignant éveillé nommé Adyashanti. Dans deux séries de CD, Fierce Grace et Spontaneous Awakening, il parle de beaucoup de choses, mais ce qui me frappa le plus ce n’étaient pas ses mots, mais la paix que je pouvais sentir derrière. Jour après jour, j’ai écouté sa voix conduisant ma voiture, assise au soleil sur une chaise de jardin, en préparant le dîner, pendant que je m’endormais la nuit.Lire la suite

Lori-ann Traduite Par Christine

Articles liés