Vue d’ensemble succincte

L’expérience de Philadelphie

L’expérience de Philadelphie [Philadelphia Experiment] (alias projet Arc-en-ciel [project Rainbow]) a eu lieu le 12 Août 1943, à bord du bateau de guerre de la Marine de l’armée américaine, le U.S.S. Eldridge. L’Eldridge et son équipage ont été choisis pour cette expérience à cause de leur disponibilité. En effet, des navires de guerre étaient difficiles à obtenir en cette période de guerre, et l’Eldridge était supposé être encore en cale sèche (il ne devait être officiellement mis à flot qu’en Janvier 1944). L’Eldridge avait été achevé avant la date prévue, et par cela, rendu disponible.

Le but le plus communément connu de l’Expérience de Philadelphie était de rendre possible l’invisibilité radar. Pour permettre ceci, un équipement spécial était installé sur l’Eldridge alors qu’il était à quai dans le port de Philadelphie. Cet équipement était conçu et développé pour générer de très puissants champs éectromagnétiques contre-rotatifs.

La théorie sous-jacente à la génération et les calculs de ces champs était basée sur les équations du champ unitaire d’Einstein, qui reliaient la gravité, le magnétisme, et l’électromagnétisme dans une même théorie. Le responsable technique initial de l’opération était Nikola Tesla. Tesla était largement connu pour ses bobines de forme de conception très spéciale qui permettaient de produire d’extrêmement hautes tensions et de très grandes puissances.

Tesla a été remplacé sur ce projet par John Von Neumann, quelque part vers mi-1943. Tesla a commencé à avoir des doutes sur les considérations à propos du facteur humain impliqué que pouvaient avoir les financiers de l’opération. Tesla, incapable d’avoir plus longtemps confiance en les sponsors de l’expérience, s’est retiré de lui-même du projet et s’est isolé dans son apartement de New York. Il y est mort dans des conditions très soupçonneuses, en Décembre 1943.

Von Neumann a été impliqué dans l’expérience plus tôt, assistant l’opération avec les mathématiques et les calculs (il était officiellement engagé pour la création du premier ordinateur nécessaire aux calculs sur la bombe atomique, dans le projet Manhattan). Il assurait le rôle de chef de l’opération avec grande aise. L’expérience, qui eut lieu le 12 Août 1943 était un succès partiel. L’Eldridge disparut pendant approximativement 15 minutes. La localisation exacte de l’Eldridge à l’époque de l’expérience diffère selon les divers témoignages. certains disent qu’il était toujours dans le port, d’autres qu’il s’était rendu en mer.

Un succès partiel signifie que, bien que l’Eldridge disparut, lorsqu’il revint, son équipage avait souffert d’importants effets physiques et mentaux. Les corps de certains des hommes d’équipage faisaient partie des surfaces métalliques et des ponts. Ceux qui n’avaient pas été soumis à cette fusion étaient mentalement instables. La plupart des témoingnages de l’expérience décrivent d’importants et graves effets secondaires que les membres de l’équipage survivants ont expérimenté durant le reste de leur vie. Sans avertissemnt, ils se mettaient à crier et commençaient à devenir invisibles par intermittence ou bien disparaissaient purement et simplement. Certains réapparaissaient tandis que d’autres non.

[Ces histoires de disparition intermittente ont été rapportées par plusieurs personnes. Durant un interview radiodiffusé, un ancien vétéran de la marine US de Philadelphie affirmait que ces histoires avaient été racontées dans une feuille de presse interne à la marine]

Ce phénomène de disparition intermittente a été attribué à un désalignement de la référence temporelle de leur corps. L’équipage glissait continuellement entre notre dimension et l’endroit où l’Eldridge avait été lors de son voyage. En fait, l’Eldridge n’avait pas vraiment réussi l’invisibilité radar; mais il avait voyagé à travers le temps et la dimension. L’application pratique de la théorie du champ unitaire d’Einstein avait brisé les portes qui séparaient le temps, l’espace et la dimension.

~

L’œuvre peut être librement utilisée, à la condition de l’attribuer à Pascuser en citant son nom ainsi qu’un lien vers la page web utilisée. – Pas d’utilisation commerciale – Pas de Modification

Source : conspirovniscience

.

L’expérience de Philadelphie et sa relation cachée avec un groupe d’inspirateurs extraterrestres

Dans les années 30, le gouvernement secret (militaire) était à la recherche d’une technologie antidétection. Des scientifiques furent sollicités pour développer une méthode qui rendrait des objets invisibles, tels des avions et des navires. Quelques-uns des plus illustres penseurs furent recrutés, dont Einstein, Tesla et le mathématicien Von Neumann. Or, il est apparu improbable que la technologie des humains eusse été suffisamment avancée pour que le phénomène de l’invisibilité soit maîtrisé. Tel fut le cas à cette époque, et ce sont les extraterrestres zétains qui finalement procurèrent les informations pertinentes pour la création d’un système qui répondrait à leurs besoins.

De nos jours, nous possédons la technologie Stealth, laquelle prétend-on, offre l’invisibilité radar
alors qu’en fait elle offre plutôt l’invisibilité luminaire. Les avions, tout particulièrement, peuvent être camouflés. Le camouflage est un terme juste, puisque la technologie antidétection ne veut pas dire invisible aux cinq sens. L’invisibilité est obtenue lorsque de puissants champs électromagnétiques courbent l’espace autour d’un objet. La lumière contourne ainsi l’objet, et ce dernier n’est plus visible.

Avec l’aide des Zétas, la Marine américaine et les scientifiques ont entrepris de doter le navire de guerre U.S. Eldridge d’un système électromagnétique, en utilisant les bobines de Tesla, etc., mais à l’insu du gouvernement secret, les Zétas exploitèrent cette occasion à leurs propres fins. Les extraterrestres procurèrent en fait une technologie secrète menant à la création d’un trou de ver dans l’espace-temps.

En 1943, les premiers essais pour l’obtention de l’état de l’invisibilité furent réussis, mais au grand étonnement de la Marine et des scientifiques, le navire disparut complètement. Au retour du navire, la Marine insista pour que le prochain essai soit doté d’un équipage qui recueillerait des renseignements pertinents sur le déroulement de l’expérience. D’aucuns prétendent que Tesla se serait objecté à cette initiative et qu’il aurait soit remis sa démission, soit tenté de saboter la mission. En dernier ressort, il aura été remercié, le navire aura disparu et réapparu, et les effets horribles de cet événement seront resté dans l’histoire ; par exemple, un équipage atteint de folie, des hommes encastrés dans le pont du navire, etc.

Ce qui est peu connu du public c’est que l’expérience devait avoir lieu en août 1943 selon l’influence et la gouverne des Zétas. C’était dû, en partie, à des cycles magnétiques dont la crête a lieu tous les 20 ans. Les crêtes magnétiques favorisent une meilleure transition entre les bandes de fréquences dimensionnelles; par exemple, la nuance électrique (un pôle du vortex électrique/magnétique) de la bande dimensionnelle D3 se relie à la tonalité magnétique de la bande D4, ce qui crée une fenêtre magnétique.

Ces factions particulières des Zétas sont les Zétas-Gris rigéliens du système stellaire Rigel dans la constellation d’Orion. L’Alliance des Gardiens les appelle les Futczhis. Les Zétas-Draconiens agissent comment médiateurs ou intermédiaires entre les humains et les Futczhis. Ce sont eux qui incitèrent le gouvernement à créer l’expérience Montauk en 1983.

En 1943, le Eldgrige fut téléporté temporairement dans le futur, plus précisément en 1983, lors d’une crête subséquente. Les Zétas avaient réussi à créer un trou de ver (un vortex reliant des dimensions et des lignes temporelles) dans le cadre d’une expansion de leur système d’implants relié à la grille terrestre, ainsi qu’à créer des sentiers de l’espace-temps vers la Matrice fantôme. La Matrice fantôme est un domaine astral cloisonné; un trou noir langoureux; la résidence des forces de l’Ombre.

En outre, les Zétas profitèrent de la brèche dans l’espace-temps pour faire passer en secret leur flottille de vaisseaux. Une fois positionnés, les vaisseaux dirigèrent vers le Soleil des impulsions électromagnétiques codées du type D1. Cette manoeuvre s’effectue au travers des dimensions astrales internes de notre planète pour enfin rejoindre le corps terrestre D2 dont le noyau est relié à celui du Soleil par la géométrie de l’espace-intérieur.

L’objectif visait à désaligner la relation qu’entretiennent les énergies de la Terre et du Soleil –ce qu’ils ont réussi à faire– et de désaligner également la Terre de sa version parallèle Tara, où D1 se relie à D4. (La Terre comprend les dimensions D1, D2 et D3; Tara comprend D4, D5,et D6.) Le désalignement créerait une zone de répulsion entre la Terre et Tara, obstruant ainsi le processus de l’ascension qui accompagne habituellement la conclusion d’un cycle planétaire de 26 556 ans. Résultat, nous serions contraints de nous réincarner dans le cadre de cycles répétitifs. Les impulsions dirigées vers le Soleil avaient pour but de renverser la polarité magnétique en une polarité électrique au niveau D1, causant la répulsion des vortex D1 de la Terre et du Soleil. Ils ont en outre renversé les fréquences D4 pour provoquer une répulsion entre Terre et Tara, et subséquemment, un désalignement des autres dimensions, soit D2, D3, D5 et D6.

Cette violation de l’équilibre harmonique entre ces planètes et le Soleil a eu pour effet d’augmenter le nombre de protubérances solaires entre 1943 et 1972. Inquiétés du sort de notre planète, les astronomes avaient prédit pour 1972 une explosion solaire qui, une fois maintenue, aurait pu détruire toute forme de vie sur Terre. Effectivement, le 7 août 1972 des scientifiques ont enregistré l’une des protubérances solaires les plus intenses jamais observées, mais ils furent étonnés de son apaisement soudain, gracieuseté de l’intervention du Conseil sirien. Les vortex solaires étaient déséquilibrés, et la correction de cette anomalie fut longue et difficile. Une solution temporaire visait à créer une clôture de fréquences autour de la Terre afin d’empêcher toute résonance de l’impulsion rouge et la destruction subséquente de toute forme de vie sur Terre. La bande de fréquence D1 correspond à la région rouge du spectre; c’est pour cette raison qu’on l’a nommée impulsion rouge. C’est une intense onde croissante d’énergie à très basse fréquence. Ce processus est décrit dans un article sur le soi-disant 11:11.

Malgré l’échec du programme zétain voué à l’obstruction du processus de l’ascension des humains et de l’alignement du Soleil, de la Terre et de Tara, ils ont néanmoins réussi à créer un trou de ver en 1943, première manoeuvre essentielle d’une série de trois, les deux autres atteignant leur sommet magnétique en 1983 et 2003 respectivement.

Les livres Montauk traitent en détail des événements de 1983, alors que le gouvernement secret s’acharnait à créer une machine à voyager dans le temps dont le but était de relier les années 1983 et 1943, et par conséquent permettre au trou de ver de 1943 de s’élargir et se fortifier. La troisième expérience doit avoir lieu en 2003, la dernière crête magnétique avant la période de l’ascension prévue aux environs de 2012. Le gouvernement devra une fois plus jouer les dupes et procéder à une troisième expérience qui aura pour effet de renforcer suffisamment le réseau d’implants des Zétas de sorte qu’une clôture de fréquences efficace puisse être érigée autour de la planète et ainsi obstruer le processus de l’ascension de la population. Le trou de ver de 1983 aura occasionné l’élargissement de la brèche créée en 1943, et aura relié avec succès ces deux périodes aux périodes correspondantes de la dimension D4, cette base d’opération des Zétas-Draconiens. À noter que ce programme des Zétas est un véritable bâton dans les roues pour les Annunakis, une faction rivale active au niveau de l’implantation d’un Unique ordre mondial. Les Annunakis ont tenté de saboter ce programme. Le réseau de trous de ver qui se trouvait en expansion a consolidé sa connexion à la Matrice fantôme (également au travers de leur Vortex du Faucon), et ce soi-disant système de coordonnées/vortex Montauk peut maintenant émettre des directives psychotroniques et effectivement procéder au contrôle mental de la population.

~

Par Noel Huntley, Ph.D., 2002

Les informations de sources extraterrestres contenues dans cet article proviennent de l’Alliance des Gardiens.
Référence : livres Voyagers de A. Deane.
Traduction : Tristan Perrier (c) 2002

Source : onnouscachetout

Pascuser Et Noel Huntley

Articles liés