On entend toujours les gens se plaindre qu’il leur manque quelque chose. Quand prendront-ils conscience de tout ce qu’ils ont reçu de Dieu, leur Créateur ? Et ils s’imaginent pouvoir justifier leur ingratitude en disant qu’ils ne croient pas en Dieu.

S’ils ne croient pas en Dieu, qu’ils pensent à tout ce qu’ils doivent à la nature : non seulement les éléments dont leur corps est formé, mais encore tout ce qui leur permet de subsister : l’air, l’eau, la nourriture, la lumière et la chaleur du soleil…
Les humains sont souvent fiers, et à juste titre, de leur habileté, de leur ingéniosité, mais d’où ont-ils tiré les matériaux avec lesquels ils fabriquent leurs instruments, leurs appareils et même leurs œuvres d’art ? De la nature.

Or, non seulement ils ne sont pas reconnaissants, mais ils la salissent et gaspillent ses richesses.

En agissant ainsi ils transgressent les lois de l’ordre cosmique dont le symbole est la balance. Pour tout ce qu’on reçoit, on doit donner quelque chose en échange, au moins de la reconnaissance, du respect.

C’est cela l’équilibre de la balance cosmique.

Omraam Mikhaël Aïvanhov