C’est une question pour tous ceux qui cherchent à comprendre la raison d’être, la raison pour laquelle tout a lieu. En fait, nous nous posons tous cette question : pourquoi cela doit être, quelle en est la raison ? Dans ce message, je répondrai à cette question à travers mon expérience personnelle, je donnerai des explications, j’apporterai en même temps une connaissance absolue. Tant que cette connaissance absolue n’est pas comprise, acceptée, accueillie, voire accompagnée, il y a ce malentendu, il y a le questionnement, tant qu’il en est ainsi, il y a la recherche, il y a l’expérience et l’apprentissage. On ne devient pas, on acquiert cette connaissance, ce qui revient à dire, à connaître et à comprendre la raison d’être, le pourquoi et le comment. Nous nous demandons pourquoi nous sommes exposés à une telle diversité de réalité. Toutes ces réalités ont leur propre raison d’être, elle fait partie de ce que nous devons tous expérimenter, intégrer, apprendre d’elles et dans quel but.

Avant de connaître la réponse à cette raison d’être, nous nous trouvons plongés dans une mer d’incompréhension, essayant de comprendre, je dis bien essayant de comprendre l’incompréhensible, pourquoi sommes-nous exposés à tel ou tel scénario de vie ? Pour faire face à toutes sortes d’éventualités et pour vivre dans l’incompréhension. À chercher le pourquoi et le comment des aléas de la vie, dans un monde où toutes les manifestations de la vie ne sont pas à l’abri du danger, de l’imprévu, face au destin. Un jour tout va bien et le lendemain tout est sens dessus dessous, on se retrouve à vivre l’incompréhensible, à chercher ce qui a pu causer cette fatalité, à se débattre et à essayer de retrouver ce bien-être, sachant qu’on ne peut pas revenir en arrière. En fait, tant que nous ne sommes pas capables de comprendre le pourquoi et le comment de toutes ces fatalités, de toutes ces histoires, nous nous trouvons impuissants, observateurs, ne comprenant pas pourquoi certaines personnes ou soi-même font de telles expériences de vie et d’autres en sont exclues, il n’y a pas de logique, il n’y a rien à comprendre.

Est-ce une question de chance de naître sous une bonne étoile ? Nous pourrions débattre longtemps sur le pourquoi et le comment, de toutes les expériences de vie et d’apprentissage, il n’y a pas un seul être vivant qui ait le même destin. Alors que faut-il en déduire, que faut-il comprendre, que faut-il réaliser pour être en paix avec tous les destins et en comprendre le pourquoi et le comment ? Chacun fait ce qu’il pense être juste, selon ce qui lui semble juste et bon à faire. Il n’y a rien à juger, rien à condamner car chacun est le mieux placé pour faire face à son propre destin. Tant que nous ne nous mettons pas à la place de l’autre, nous ne pouvons pas prétendre que …, ce ne sont que des suppositions, un regard selon notre propre conception de la vie, notre propre expérience et notre apprentissage. Nous voyons le monde en fonction de notre regard, n’oublions pas que le regard n’est que l’interprétation de ce que nous pensons et croyons être la vie.

Tant que nous ne savons pas ce qu’est la vie, nous sommes dans cette recherche du pourquoi et du comment des choses. Pourquoi l’humanité est confrontée à telle menace, tel conflit, le mauvais temps de Mère Nature, et que chaque être humain est confronté à un destin qui lui est propre, et qui dépasse toute compréhension, tout entendement ? Donc, si vous êtes parmi ceux qui ne comprennent pas pourquoi, la raison de tout cela, c’est que vous vivez ce que vous avez vous-mêmes décidé de vivre comme apprentissage, dans un seul but, celui de comprendre le pourquoi et le comment. Pourtant, je ne suis pas différent de vous, j’ai moi-même essayé de comprendre le pourquoi et le comment des choses parce que nous sommes tous confrontés au même monde, au même univers et aux autres. Pourquoi mon destin est-il différent de celui des autres ? C’est que chacun est le créateur de son propre destin, cela peut paraître illogique, incompréhensible, mais tout a sa raison d’être, tout est juste, non pas pour celui qui reste dans l’identification mais pour celui qui en est libéré. Avant de comprendre, nous sommes tous sensibles à ce qui se passe dans ce monde, nous éprouvons des émotions, des sentiments, cela va de la compréhension à l’incompréhension.

On dit que la vie est injuste, qu’il n’y a pas de justice, quelle que soit la façon dont on regarde ce monde. Pour cette humanité, ce n’est qu’une toute petite fenêtre de ce qui est, nous ne pouvons pas la comprendre parce que nous la considérons comme étant la réalité. Alors on fait semblant, on essaie d’élaborer une explication pour se donner bonne conscience et ainsi continuer notre relation avec la vie, avec ce monde, cette dimension, cet espace-temps, avec toutes ces règles, ces croyances et ces conditionnements. Lorsque nous portons l’habit de l’élève, nous sommes dans l’expérimentation, dans la découverte, dans l’apprentissage de la vie. Par contre, quand on porte l’habit du sage, du maître, il n’y a plus d’expérimentation, plus de découverte, plus d’apprentissage pour la simple raison qu’il n’y a que l’accueil, l’acceptation, l’accompagnement, que cet amour incommensurable en tout ce qui est, que tout est juste, que tout est parfait, que tout a sa raison d’être, il n’y a plus rien à faire, c’est simplement être sans questions, sans chercher le pourquoi et le comment car la vie, l’intelligence absolue de la vie a toutes les réponses à tout, apportant la lumière appropriée pour toute expérience, tout apprentissage et ce quel que soit le destin, la destinée. Tant qu’il y a identification avec ce que vous croyez et pensez être, vous en faites l’expérience, vous faites face à votre destin.

Alors que celui qui sait que tout est amour, que tout est lumière, que tout est intelligence absolue, il n’est plus dans une quelconque identification, il sait que tout a un but, que tout est juste et que tout est parfait, perfection et ce quel que soit le destin. Le destin n’est pas une fin en soi, c’est la raison d’être et quelle est cette raison ? C’est ce que nous sommes de toute éternité cette raison d’être, nous sommes l’essence de la vie éternelle, nous sommes les créateurs de tous les destins, nous sommes la lumière appropriée pour nous révéler à travers tous les destins. Il n’y a rien de réel, en fait, il n’y a que la lumière éternelle, l’éternel présent. Nous faisons l’expérience de ce qu’est le véritable amour à travers toutes les identifications, en recevant la lumière appropriée pour l’apprendre, l’expérimenter et le vivre en tant que rêve. Ce que nous vivons n’est qu’un rêve, il n’y a rien de réel car celui qui le croit le vit tant qu’il s’identifie à lui, au rêve. Nous croyons au temps pour la simple raison que c’est à travers ce véhicule de lumière que tout devient possible, ce n’est que l’expérience de ce que nous avons décidé de vivre comme destin illusoire, puisque nous sommes tous déjà accomplis dans la lumière éternelle, dans l’éternel présent.

Pour ma part, je n’ai que de la gratitude infinie, comment ne pas être en état de grâce quand tout est lumière et amour, quand tout est juste, quand tout est parfait, quel que soit le destin de tout cela. Quand nous le réalisons, il n’y a que de l’amour, il n’y a que cela pour la simple raison qu’il est la raison de tout ce qui est. Quand nous réalisons qui nous sommes de toute éternité, libres du rêve, il n’y a que cet amour incommensurable, qui accueille, accepte, aime tout dans un amour absolu parce qu’il n’y a rien de plus beau que l’amour éternel qui révèle son essence éternelle dans tout ce qui est. La vie est une pure magie, la manifestation de notre essence éternelle dans l’éternel présent.

En fait, il n’y a rien à juger ou à condamner lorsque nous réalisons que tout est notre essence éternelle. que tout est sa manifestation. Ce que nous vivons comme réalité n’est rien d’autre que ce que nous sommes venus vivre et apprendre par l’identification avec le rêve, en réalisant que tout n’est que passager, qu’il n’y a rien de stable sauf la raison d’être, la lumière éternelle dans l’éternel présent, l’amour et l’intelligence absolue, la stabilité éternelle. N’oublions pas nous ne sommes pas la vie manifestée, nous en sommes l’essence éternelle.

Par Régis Raphaël Violette

Publié par Lumière qui aime tout d’un même amour (Profil & Articles associés)