Qu’importe ce que l’on pense, croit et prétend être, la vérité absolue consume tout par amour.

Peu importe qui nous sommes dans cette grande valse de la vie, peu importe la réalité, la dimension ou autre, tout est la manifestation éphémère de ce que nous sommes de toute éternité. Etonnant, n’est-ce pas, de savoir que quelle que soit la manifestation de la vie, quelle que soit la réalité, la dimension ou autre, tout est la projection éphémère de ce que nous sommes de toute éternité. En fait, on est tout à la fois et rien, tout n’est qu’une projection quelle que soit la réalité, dimension ou autre, il n’y a que le soi qui se manifeste en tout, tout en n’étant rien de tout cela, qui n’a ni début, ni fin, qui est à la fois éternel et absolu.

Ce qui est expérimenté à travers ce qui est forme de vie, matière, conscience, énergie, n’est qu’une projection éphémère sur le grand écran du temps, de l’éternel présent. Nous pensons, nous croyons et nous prétendons être alors que rien n’est vrai, alors que tout ce qui est perçu à travers ce qui sert d’ancrage à ce monde, fait partie de cette projection éphémère. En fait, tout ce qui est perçu, vécu à travers les sens de cette forme de vie, n’est qu’une expérience de ce qui est éphémère.

En restant identifiés à cette forme de vie, nous pensons, croyons et prétendons être cette conscience qui, par ses sens, juge et condamne tout ce qui est éphémère, qui est réel, le temps de sa manifestation sur le grand écran de l’éternel présent. Nous nous trouvons immergés dans un jeu illusoire, et ce qui sert d’avatar n’est rien d’autre que ce qui nous permet d’interagir avec ce qui est éphémère. Il est impressionnant de voir l’intensité des autres joueurs à incarner leurs avatars, mais cela nous fait en fait voir notre propre enfermement dans ce qui est éphémère.

On peut dire que lorsqu’on intègre une vérité quelconque, on va au bout des choses, on expérimente toutes les possibilités, il suffit de voir ce monde pour se rendre compte qu’il y a tout, et que cela dépasse toute compréhension. Il est si facile de tomber dans le piège du jugement, de condamner tout ce qui n’est pas acceptable, qui dépasse toute compréhension. Mais qu’est-ce qui est acceptable pour celui ou celle qui expérimente à fond ce qu’il pense, croit et prétend être ? On pourrait dire beaucoup de choses sur tout ce qui se passe dans ce monde, mais quoi que l’on puisse dire, cela ne fait que révéler, quelle que soit la réalité, la dimension ou autre, tout est dans le domaine de toutes les possibilités. Qu’est-ce que cela représente ce que nous pensons, croyons et prétendons être ? Tout est l’œuvre de notre capacité à manifester sur le grand écran du temps, notre pouvoir créateur, qui n’est qu’une projection éphémère, qui n’est réelle que pour l’avatar, celui qui pense, croit et prétend être, alors qu’il n’est qu’une projection de la source absolue, qui lui a donné vie dans ce rêve de tous les possibles.

Et cela va au-delà de toute compréhension, nous incarnons un avatar, qui dans ce rêve de tous les possibles, suit déjà une programmation qui lui est propre, sans laquelle rien ne pourrait évoluer, rien ne pourrait être révélé. C’est en jouant dans ce rêve éphémère que tout devient possible, on se rend compte que la source absolue, avant même de se manifester dans ce rêve éphémère, a tout prévu, du début à la fin, en se révélant à travers tous les possibles. On peut penser, croire et prétendre que la vie est injuste. Mais qu’est-ce que la vie dans ce qui n’est qu’un rêve éphémère ? Une suite logique, où tout contribue à révéler la plus grande vérité qui soit, ce que nous sommes de toute éternité. S’il faut passer par tous ces avatars, par toutes ces réalités, dimensions ou autres, cela a sa raison d’être. La raison d’être d’un avatar, c’est à la fois vivre l’éphémère tout en mettant fin à ce rêve, de clore ce qui est vu en tant que réalité, mais qui en fait n’est qu’un rêve, un voile à ce qui est de toute éternité, qui n’a pas besoin d’être pour être la source absolue de l’éternel présent.

N’est-ce pas merveilleux de réaliser que tout est illusoire ? Que la seule réalité est l’éternel présent, l’amour absolu. Lorsque nous endossons cette vérité absolue, c’est plus qu’un endossement, c’est dépasser toute compréhension, c’est traverser, c’est consumer ce qui est éphémère sans le moindre jugement, sans aucune condamnation, puisque tout dans ce rêve éphémère contribue à révéler, la suite logique de l’intelligence absolue. Certains se fâcheront devant une telle affirmation, et pour cause, ces avatars ne peuvent comprendre ce qui dépasse leur entendement. Mais pour les uns ou les autres qui n’ont en fait aucune raison de s’énerver, cela ne fait que renforcer ce qui a déjà été orchestré et cela avant même de se manifester, pour la simple raison que leur amour dépasse toute compréhension, que tout est accepté, accueilli, accompagné, respecté et aimé avec le plus grand amour qui soit, un amour absolu, traversant et consumant tout par le feu sacré de l’amour absolu, voyant en toute chose sa raison d’être.

Quoi que vous pensiez, croyez et prétendiez être, quelle que soit votre vérité, tout est aimé du même amour, sans jugement, sans condamnation, quelle que soit la manifestation de la vie, quel que soit l’avatar, tout est juste et a sa raison d’être dans ce rêve éphémère de tous les possibles, sans lequel cette vérité ne pourrait être révélée et que seul l’amour véritable met fin à ce rêve éphémère. Peu importe ce à quoi nous sommes confrontés, rien n’est réel, car au-delà de tout ce qui est, se trouve la vérité absolue dans l’éternel présent, où tout est amour absolu.

Par Régis Raphaël Violette

Publié par Lumière qui aime tout d’un même amour (Profil & Articles associés)