Dans cet article le développement personnel va être abordé sous une vue un peu différente qu’habituellement, puisqu’il s’agira de le replacer comme étant une évolution de l’être élargi, et une marche importante de sa progression. Cependant nous allons insister sur le fait qu’une marche n’est pas le haut de l’escalier, et que c’est pour cette raison qu’elle demande à être dépassée si l’on ne veut pas stagner à une étape, au risque d’y attraper des crampes, mais plutôt comme d’un niveau pour arriver au but général qui est d’abord celui d’être heureux.

Alors le développement personnel a pour but l’accomplissement personnel et le bonheur, seulement il pêche par excès de zèle, et par une certaine ignorance d’un résultat général que nous allons essayer de mettre en lumière, et qui fragilise ce vers quoi il voudrait tendre.

Devenir plus fort, atteindre des objectifs, être libre, cela demande des efforts, de la force et de la confiance en soi. Pour cela il va falloir développer une énergie intérieure qui va nous faire grandir et nous renforcer. Il y a donc un développement et une solidification de la personnalité qui va être très utile pour atteindre des buts, quels qu’ils soient.
Mais si celui-ci est le bonheur, une fois que cela est fait, il y a un risque majeur qui menace subtilement l’étudiant : le gonflement de l’égo, et ses dangers.

Pour essayer de préciser la notion d’égo, l’on peut déjà en voir ses effets : une fois qu’une personne va être persuadée de ses grandes capacités et qualités (parfois réelles), elle va avoir tendance à parler beaucoup d’elle, à voir les choses à partir d’elle. Arriver à un certain niveau, elle ne verra plus qu’elle, et sera devenue égocentrique.

Si cet égo était doublé d’une certaine brutalité, il pourrait utiliser les mots comme MOI, je… Ce que JE ressens, MOIIIIIIIIII… !!!

Le risque principal est donc l’orgueil qui va avoir des conséquences très élargies comme une augmentation de la jalousie, une fierté excessive qui va lui faire imaginer que les choses arrivent uniquement grâce à elle, et perdre le recul nécessaire pour constater que l’humanité n’est qu’un petit rouage dans la machine universelle infinie, et qu’elle-même n’en est qu’une toute petite part.

L’égo va se voir comme étant l’Un et l’Unique, l’Une, et l’âme perdra alors le recul nécessaire sur ses autres dimensions qui seront alors voilées par l’inflation du « je ». Ou alors si elle possède des facultés ésotériques, elle se les attribuera comme étant de sa création, sans se rendre compte qu’elle continue encore à renforcer (à développer) son égo*.

*En effet nous ne créons pas, nous demandons, et nous ne sommes exhaussés que par l’univers, ce qui est très différent. C’est-à-dire que nous ne créons rien, nous profitons de ce que l’univers nous offre, y compris la faculté de penser et d’être.

Comment éviter l’égocentrisme ?

D’abord il faut préciser à nouveau que le « je » est nécessaire pour pouvoir évoluer dans cette dimension, seulement il doit rester à sa juste place : celui de serviteur, d’esclave presque au service du Moi supérieur (l’Esprit ou Âme), c’est-à-dire notre individualité divine.
Cette dernière est ce qui nous unit à tout l’univers et à Dieu (ou un autre nom Le ou La désignant), et c’est en développant cette partie de nous-mêmes, ou plutôt en lui laissant la possibilité de s’exprimer en nous, car elle ne se développe pas vraiment, que l’on deviendra vraiment plus heureux.

On commencera alors à exprimer des qualités divines comme la paix, la patience, l’amour divin, la joie et finalement l’on arrivera au bonheur total et complet dans un processus qui amènera tout une série d’éveils, qui eux-mêmes ne constitueront que des marches tant est si bien qu’il n’est pas aisé de pouvoir dire : « voilà je suis arrivé, l’on ne peut pas aller plus haut ».

Donc une fois développé personnellement, l’on ne sera donc plus dans le développement, mais dans l’amélioration personnelle où il lui faudra prendre du recul par rapport à son « je », et commencer à relativiser son importance par rapport à l’univers, expandre sa conscience (âme) et la purifier.

La personnalité deviendra alors humble, restera à sa juste place d’outil tout en gagnant en douceur et en force. Elle commencera à s’assouplir, à se moduler et peu à peu et l’on pourra commencer à lâcher prise par rapport à l’univers qui fonctionne en fait tout seul et d’une manière parfaite. Trop souvent nous empêchons l’arrivée de bonnes choses en voulant à tout prix contrôler la façon dont elles arrivent.

Pour en savoir plus : Comment voir ses souhaits réalisés, l’égo en tant que truc, l’égo en tant que petit chaton gentil.

Voilà ce petit article terminé, il y a encore beaucoup de choses à dire sur le développement spirituel, et si vous voulez vous pouvez encore accéder à de nombreux autres articles en cliquant sur le pseudo (tomtom333).

Beaucoup de paix, d’amour et de bonheur pour nous tous.

Tomtom333

Articles liés